BFM Auto

Essai - Nouvelle Ford GT, de la compétition à la route

Déclinaison de la voiture de course engagée notamment aux 24 Heures du Mans depuis 2016, la nouvelle Ford GT commence à pointer le bout de son capot. La supercar nous a laissé apprécier ses formes de rêves et entrevoir ses performances lors d'un essai réalisé sur l'un des circuits du centre technologique de Michelin, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

GT, ces deux lettres résument désormais le nouveau fleuron de Ford. Depuis la sortie de cette supercar en 2016, la marque américaine fait le grand écart dans sa gamme, entre la citadine Ka+ à 9.990 euros et les 400.000 dollars de la GT (prix estimé, environ 500.000 euros en Europe).

Maigre consolation pour ceux qui ne disposeraient pas d'une telle somme (et rêvent devant le configurateur), il ne suffit pas d'être riche. Ford a également imposé le dépôt d'un dossier de candidature pour espérer mettre une GT dans son garage, et faire ainsi de ce modèle à la longue histoire une supercar hautement "collectionnable".

Mais pourquoi la Ford GT?

L'histoire commence au Mans dans les années 60. Enzo Ferrari vient tout juste d'éconduire la marque américaine qui lui faisait des courbettes pour racheter celle au cheval cabré. Vexé, Henry Ford II, petit-fils du fondateur, se met alors en tête de prendre sa revanche en mettant fin à la domination italienne sur le circuit de la Sarthe. Une voiture est développée spécialement pour laver l'affront et écrire les premiers lettres de noblesse de l'histoire de Ford aux 24 Heures du Mans. C'est la mythique GT40, qui permettra à l'écurie américaine de remporter quatre succès consécutifs, entre 1966 et 1969.

La nouvelle GT lancée sur la piste d'essai de Michelin à Ladoux. La supercar tire son ADN du sport automobile, de la GT40 des années 60 à la GT des 24 Heures du Mans 2016.
La nouvelle GT lancée sur la piste d'essai de Michelin à Ladoux. La supercar tire son ADN du sport automobile, de la GT40 des années 60 à la GT des 24 Heures du Mans 2016. © Ford

Dans les années 90, plusieurs prototypes rendent hommage à l'illustre ancêtre pour donner finalement naissance à la Ford GT "tout court", produite entre 2004 et 2006 à un peu plus de 4.000 exemplaires. Un certain Jérémy Clarkson fut même propriétaire d'un exemplaire.

De note côté, nous avions pu faire connaissance avec ce modèle lors d'un tour du circuit de la Sarthe en préambule de l'édition 2016 des 24 Heures ou encore lors de notre visite du conservatoire des véhicules Ford en Europe, à Dagenham (Angleterre) en décembre dernier (photo ci-dessous). Un lieu assez exceptionnel où on trouve d'ailleurs également une des GT40 d'origine.

La Ford GT première génération fait partie de la collection du conservatoire des véhicules Ford, installée à Dagenham (Angleterre). Nous l'avions découverte lors d'une visite en décembre 2016
La Ford GT première génération fait partie de la collection du conservatoire des véhicules Ford, installée à Dagenham (Angleterre). Nous l'avions découverte lors d'une visite en décembre 2016 © Julien Bonnet

La Ford GT des années 2010 puise toujours dans cet ADN de sport automobile. Et pour cause, puisqu'elle est la version homologuée pour la route de la voiture de compétition alignée par Ford dans le championnat d'endurance, et donc aux 24 Heures du Mans, depuis l'an dernier.

La version de course de la Ford GT
La version de course de la Ford GT © Julien Bonnet

Derrière le volant

Comme la GT40, qui portait ce numéro en référence à sa hauteur de 40 pouces (soit à peine plus d'un mètre), la nouvelle Ford GT est basse. Très basse: 1,109 mètre exactement. Et sur circuit, en mode "Track", elle descend encore pour se retrouver à seulement 7 cm du sol (12 cm en temps normal).

Tout l'intérêt réside bien sûr dans l'amélioration du comportement aérodynamique. Plus la supercar est basse, plus la résistance frontale à l'air est réduite. La nouvelle Ford GT est ainsi plus basse que deux de ses concurrentes de la catégorie supercars, à savoir les McLaren 675LT et la Ferrari 458.

Hauts les mains la nouvelle Ford GT ! La résistance à l'air est minimisée en réduisant au maximum la face avant, avec une hauteur de seulement 1,1 mètre.
Hauts les mains la nouvelle Ford GT ! La résistance à l'air est minimisée en réduisant au maximum la face avant, avec une hauteur de seulement 1,1 mètre. © Julien Bonnet

Cette merveille aérodynamique, un élément travaillé par ordinateur et en soufflerie, est complétée par de multiples entrées d'air, des lignes incroyablement fluides et un aileron impressionnant qui se déploie en mode "Track" pour plaquer encore plus le véhicule au sol ou aider à freiner la bête.

Un moteur surpuissant

Car forcément, qui dit supercar, dit moteur surpuissant. En l'occurrence ici un sympathique V6 3,5 litres épaulé par deux turbos et développant 647 chevaux (un chiffre validé aux Etats-Unis mais pas encore en Europe). Bien sûr, le V6 est installé en position centrale arrière. C'est tout simplement un bloc dérivé de celui qui équipe le Raptor, la version musclée du pick-up F-150, avec 60% de composants partagés. Entre la supercar et le monstre à benne, il est d'ailleurs amusant de constater que ce moteur porte toujours l'appellation EcoBoost. Les clients de ces deux modèles n'ont pas vraiment la réputation d'être très regardant sur les niveaux de consommation et d'émissions...

Sur ce point également, Ford ne donne pas vraiment de chiffres. On s'attend au minimum à du 15/20 l/100 km. Mais avec un réservoir dont la taille est limitée à 57,5 litres (à peine plus gros que celui d'une Peugeot 308) et des performances de très haut niveau, le titre de champion de la sobriété ne devrait pas lui revenir (voir LE chiffre). L'énergie est transmise aux roues arrières par le biais d'une boîte de vitesse à double embrayage 7 vitesses.

Le plus puissant des Ecoboost se trouve dans cette nouvelle Ford GT, un V6 3.5 litres de 647 chevaux dérivé du moteur du pick-up F-150 Raptor.
Le plus puissant des Ecoboost se trouve dans cette nouvelle Ford GT, un V6 3.5 litres de 647 chevaux dérivé du moteur du pick-up F-150 Raptor. © Ford

Pour essayer cet engin de rêve et nous convaincre de son potentiel, Ford avait réservé un des nombreux circuits d'essai de Michelin, dans son centre technologique de Ladoux, près de son bastion de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Ce n'est pas un hasard puisque le géant français du pneumatique est le nouveau fournisseur exclusif des gommes des véhicules Ford Performance. De la petite Fiesta ST à cette nouvelle GT, en passant par les Focus RS et autres Mustang, la marque américaine a donc choisi un cordonnier de choix pour chausser ses plus belles stars.

Trois tours de circuit plus tard à foncer à ras du sol et épaule contre épaule avec un instructeur sur le siège passager (davantage le fait de l'habitacle à l'espace réduit que de notre musculature hors norme), autant dire que le résultat est bluffant. La rigidité du châssis entièrement en carbone (une première chez Ford après le "tout aluminium" de la GT de 2004), le poids plume de 1.385 kg et les technologies empruntés à la compétition sont autant d'ingrédients qui font de cette Ford GT une recette incroyable, à la croisée des chemins entre voiture de course et supercar plus "civilisée".

Qu'en pense un pilote pro?

Pour Olivier Pla, l'un des pilotes Ford en WEC (le championnat du monde d'endurance), bien habitué à la version de compétition, il n'y a tout de même pas photo entre les deux véhicules:

"Si c'est un point fort de la version de série, la voiture de course a beaucoup plus de charge aérodynamique. Mais il y a plein de similitudes, la structure en carbone est la même, ce qui permet de retrouver des sensations rencontrées dans la voiture de course".

Ford mise forcément sur cette origine sportive et le glorieux passé de ses GT pour mettre en avant sa supercar. "Le principal défi reste de vendre une voiture à un demi million de dollars avec un logo Ford", résume le responsable du programme.

Des lignes acérées mais gracieuses pour cette nouvelle Ford GT. 4,779 mètres de long, pour 1,109 mètre de haut.
Des lignes acérées mais gracieuses pour cette nouvelle Ford GT. 4,779 mètres de long, pour 1,109 mètre de haut. © Ford

LE truc en plus: un geek dans un corps de sportif

La nouvelle Ford GT, c'est un peu comme si Sheldon Cooper (le geek, héros de la série Big Bang Theory) était entré dans le corps de Vin Diesel! Car oui, en plus d'être Fast & Furious, la nouvelle Ford GT est smart! Plus de 50 capteurs enregistrent un nombre incroyable de données: 100 Go/h (Gigaoctet par heure, une nouvelle mesure de performance pour les voitures connectées) soit l'équivalent de 25.000 chansons téléchargées.

Pour traiter ces données, 25 micro-ordinateurs s'activent en coulisse (avec davantage de lignes de code que dans l'avion de chasse de dernière génération américain, le F-35). Ce cerveau 2.0 permet ainsi d'ajuster en permanence les caractéristiques du véhicule pour "une GT aussi réactive et stable à 30 km/h qu'à 300 km/h", promet Ford.

L'intérieur de la nouvelle GT, beaucoup plus civilisé que la voiture de course!
L'intérieur de la nouvelle GT, beaucoup plus civilisé que la voiture de course! © Ford

LE chiffre: 15

En litres aux 100, la consommation minimum estimée de la GT... et en minutes, le temps avec lequel on peut rouler à sa vitesse maximum, réservoir plein.

Si Ford reste en effet discret sur la consommation de sa bête de course, homologuée pour la route mais qui se destine à écumer les circuits, l'ingénieur en chef de cette nouvelle GT, Jamal Hameedi, nous a précisé qu'en sortant de la station service et en roulant à la vitesse maximum (qui s'affiche à 347 km/h!), il est possible de rouler à peine 15 minutes avant de risquer la panne d'essence. Avec un tel rythme, cela permet tout de même de parcourir un peu plus de 85 kilomètres entre chaque plein... sur autoroute allemande ou sur anneau de vitesse uniquement bien sûr!

Note modèle d'essai - Ford GT avec le moteur EcoBoost 3,5L bi-turbo de 647 ch

Julien Bonnet