BFM Business

Essai - DS7 Crossback E-Tense 4x4: enfin un SUV de luxe français avec un moteur à la hauteur

Le DS7 Crossback E-Tense

Le DS7 Crossback E-Tense - AL

Le haut de gamme à la française n'a ces dernières années pas convaincu à 100%. Défaut d'image, concurrence écrasante du premium allemand... La course à l'électrification pourrait bien rééquilibrer les forces en faveur de DS et de son très cossu DS7 Crossback.

L'émergence de l'hybride rechargeable est-elle en train de résoudre l'impossible équation de l'automobile française de luxe? Jusqu’à présent, malgré des efforts continuels pour gagner en qualité chez Renault ou PSA, difficile de concurrencer la référence absolue que constitue le premium allemand. Les deux groupes ne manquent pas de modèles convaincants mais plutôt de motorisations performantes pour concurrencer les 6, 8 et 12 cylindres des Audi, BMW ou Mercedes.

La seule initiative dans le domaine n'aura duré qu'une grosse vingtaine d'années entre 1974 et 1998, où PSA, Renault et Volvo partageaient un moteur V6 conçu en commun, qui équipait leurs modèles haute performance et luxe. L'ambition haut de gamme à la française a été mise sous cloche, les différents patrons de Renault et PSA ayant estimé qu'entretenir un tel segment n'était ni profitable ni vraiment intéressant en termes d'image. Et les ventes en petit nombre des Renault Koleos, Talisman, voire même de la nouvelle Peugeot 508 semblent confirmer leur stratégie.

Mais pourquoi le DS7 Crossback E-Tense 4x4?

Les évolutions actuelles de l'industrie automobile pourraient bien bouleverser la donne. L'essor économique du véhicule low-cost tout d’abord oblige les constructeurs à monter toujours plus en gamme pour assurer leurs marges, et garantir l'intérêt d'un outil industriel en France, où les coûts de production sont plus élevés qu'ailleurs. Quitte à justement réinvestir ce créneau oublié du haut de gamme. C'est ainsi que DS est né en 2009. A l'origine simple label de luxe de Citroën (à l'image de ce que Lexus est pour Toyota par exemple), DS devient une marque à part entière en 2014 et développe ses propres modèles, berlines et surtout SUV, le secteur porteur du moment. Mais manquait toujours un vrai moteur face aux modèles germaniques. Les constructeurs français se sont au contraire concentré ces dernières années sur le développement de moteurs efficients mais plus petits.

Les nouvelles réglementations et plafonnements CO2 rebattent ensuite les cartes. Les grosses cylindrées sont désormais plus lourdement taxées. Enormément de modèles produits par les grandes enseignes allemandes se retrouveront rapidement invendables en Europe. Elles ne trouveront salut que sur le marché américain, où la limitation des émissions n'est plus à l'ordre du jour... Seule solution pour l'Europe et la France, des moteurs moins gros, et de plus en plus électrifiés, pour réduire toujours plus l'empreinte CO2. A l’image du groupe moto-propulseur qui équipe le DS7 Crossback E-Tense 4x4.

Au volant de la première hybride rechargeable française

Il était assez logique pour DS de devenir la première marque en France à proposer un hybride rechargeable dans sa gamme. Le DS7 Crossback ETEnse 4x4 embarque un moteur essence THP 1.6 litre de cylindrée, accouplé à deux moteurs électriques. L'ensemble développe 300 chevaux, une puissance totalement compatible avec la vraie appellation haut de gamme! Le SUV est d'ailleurs la voiture la plus puissante produite par PSA depuis les années 90. Ce groupe motopropulseur essence-électrique équipe deux autres modèles de gamme inférieure qui viennent tout juste d'être présentés: les Peugeot 508 et 3008 Hybrid.

DS propose ainsi une auto luxueuse (la présentation et les prestations intérieures sont strictement identiques à celles du DS7 thermique, finition et technologies de premier ordre comprises), enfin performante comme une allemande (6,6 secondes du 0 à 100 km/h pour 1,8 tonne), et surtout avec des taux de consommation et d'émission théoriques extrêmement bas grâce à la magie des normes WLTP (1,4 litre aux 100 kilomètres pour 30g Co2/km).

L’hybride rechargeable allie un mode tout électrique pour les trajets urbains quotidiens et plusieurs modes hybrides garantissant les consommations les plus basses possibles pour les trajets plus longs. Puissance et sobriété font de ce DS7 Crossback (sur le papier) un produit haut de gamme qui frise le sans-faute.

Qu'en est-il à l'usage? Confort, niveau de finition (Opéra), praticité et performances absolues... rien à redire, malgré une ergonomie inhabituelle qui ne déroutera pas les habitués de la marque. Cette voiture se montre aussi bien pensée que la version thermique, avec un surcroît de puissance très sensible mais sans perte d'homogénéité, qui tient sans aucun problème la comparaison avec les SUV allemands de même catégorie. La conduite en mode tout électrique est vive et précise, et s'avère idéale en ville.

‘LE’ chiffre: 35

C’est en kilomètres l’autonomie électrique que nous avons atteinte avec le DS7. Ce qui déçoit quelque peu. Malgré des recharges complètes de la batterie (6 ou 7 heures sur une simple prise 220V), l'autonomie maximale a du mal à dépasser les 35 kilomètres contre 58 revendiqués en normes WLTP. Le Mitsubishi Outlander PHEV, leader du segment hybride rechargeable (tout en étant d'un niveau de puissance et de finition inférieur), offre de 50 à 60 km en conditions réelles....

‘LE’ truc en plus: une transmission intégrale

Pour autant, malgré ce détail, le DS7 Crossback E-Tense remplit sa mission: proposer un SUV haut de gamme français, ambitieux, avec une motorisation enfin puissante, mais aussi économique et très peu émettrice de CO2. Cette quadrature du cercle a un prix... élevé. Comptez de 54.800 à 61.200 euros, prix du modèle essayé, le prix de notre version à l’essai.

Ce tarif est cependant comparable aux modèles concurrents, comme l'Audi Q5, BMW X3 ou Mercedes GLC de finition équivalente. Avec la plus-value d'une chaîne hybride rechargeable évoluée et très efficace, ce qui lui évitera tout malus écologique tout en proposant quatre roues motrices pour plus de confort. Le DS7 Crossback E-Tense ne vise pas de gros volumes de vente. Il complète un segment des SUV haut de gamme qui a cruellement besoin de motorisations plus adaptées aux futures réglementations pour survivre.

Notre modèle à l’essai: DS7 Crossback E-Tense 4x4 finition Opéra
Antoine Larigaudrie