BFM Business

DS veut revenir dans la bataille des compactes premium avec sa nouvelle DS4

Le griffe premium de PSA dévoile ce mercredi une berline compacte, la DS4. Un modèle qui doit allier marges et volumes.

Un modèle par an, DS tient le rythme. Après la grande berline DS9 il y a un an, la griffe premium de Stellantis dévoile ce mercredi la DS4. Si le nom est familier (la DS4 première version a été commercialisée entre 2010 et 2018), cette berline compacte marque plusieurs avancées pour la marque.

Tout d'abord, un saut esthétique, l’arrivée de toutes nouvelles technologies dans l'habitacle et surtout le retour de DS sur un segment délaissé par les marques françaises: les berlines de segment C, soit sans jargonner, les berlines compactes.

La berline mesure 4,40 mètres de long et peut attirer des clients venus des SUC coupé comme d'autres concurrents premium.
La berline mesure 4,40 mètres de long et peut attirer des clients venus des SUC coupé comme d'autres concurrents premium. © Pauline Ducamp

La berline compacte, le nouveau coeur de gamme du premium

Modèle européen emblématique dans les années 2000, la part des compactes s’est progressivement réduite face à la déferlante SUV. De 37% des ventes en 2007, selon des chiffres IHS, les compactes se sont repliées à 17,5% des nouvelles immatriculations l’an dernier. Ce créneau a cependant été trusté par les marques premium. Une voiture sur deux vendues par Mercedes en 2019 en France était un modèle de sa famille compacte, Classe A, CLA ou encore GLA.

C’est une voiture qui a un rôle majeur car elle va rentrer dans un segment extrêmement important. Nous avons voulu coller au maximum aux attentes du segment avec trois versions très différentes: une 'street' soit une voiture du quotidien, une version 'cross' qui inspire un peu plus le multi-usages et une version 'performance line', nous explique Béatrice Foucher, la directrice générale de DS. C’est un segment important avec beaucoup de clients et surtout, tous les constructeurs premium sont là donc c’est un segment très compétitif".

Avec plus de volumes que les grands modèles, la DS4 doit surtout garantir des marges plus importantes que les petites versions. Ces marges viennent notamment d’une clientèle qui achète souvent ici son premier modèle premium, prête à mettre le prix pour des technologies qu’elle ne retrouve pas forcément non plus chez les généralistes.

Si la planche de bord rappelle les DS3 et DS7 Crossback, les matières comme les équipements de la DS4 lui marquent un vrai renouveau, moins blibng-bling.
Si la planche de bord rappelle les DS3 et DS7 Crossback, les matières comme les équipements de la DS4 lui marquent un vrai renouveau, moins blibng-bling. © DS

Ce qui fait que certains modèles compacts se retrouvent mieux équipés que de grands vaisseaux amiraux de la même marque. Tout comme Mercedes avait introduit dans sa gamme son nouveau système d’infotainment MBUX sur la Classe A, DS inaugure ici avec la DS4 son nouveau système d’affichage tête haute avec réalité augmentée ou un écran 'smart touch' pour préprogrammer en quelques gestes ses raccourcis favoris. Les clients n’en profiteront pas sur la grande berline DS9, un modèle positionné pourtant plus haut de gamme.

Les clients de ce genre de modèle [les berlines compactes, ndlr] sont très fans de technologies, c’est une de leurs attentes principales", nous précise Marion David directrice produit DS Automobiles.

Si DS défend la différence de positionnement entre DS4 technophile et DS9 grande routière, cette dernière apparait déjà dépassée par rapport à la DS4 avant même son arrivée dans les garages des premiers clients au printemps.

Un "poisson pilote"

Chez DS, on répète à l’envie que la DS4 marque une nouvelle étape dans la construction de son identité premium. "C’est un poisson pilote", nous confie Béatrice Foucher. Certains détails esthétiques comme le carbone froissé sur les branches du volant ou les surpiqûres arrêtées au milieu du panneau de porte montrent une véritable recherche. De quoi aussi se différencier en jouant le luxe à la française par rapport aux concurrents allemands.

L'équipe du design a travaillé sur de nouveau matériaux dont des éléments en carbone froissé.
L'équipe du design a travaillé sur de nouveau matériaux dont des éléments en carbone froissé. © Pauline Ducamp

Plus largement, DS cherche ici à s’affranchir esthétiquement des SUV. Si le marché n'a cessé de croitre - plus de 40% des ventes de voitures neuves en 2020 étaient des SUV en Europe - certains clients des premières générations attendent désormais une voiture différente, se tournant de nouveau vers des berlines. Les larges roues et épaules de la DS4 n’abandonnent cependant pas tout à fait les codes du design des SUV, mais sa ligne assez basse ne laisse aucun doute.

Des versions essence PureTech de 130, 180 et 225 chevaux, un Diesel BlueHDi 130 chevaux et une version hybride rechargeable seront disponibles.
Des versions essence PureTech de 130, 180 et 225 chevaux, un Diesel BlueHDi 130 chevaux et une version hybride rechargeable seront disponibles. © DS

Quelles synergies avec Alfa et Lancia?

Avec ce saut dans le futur, DS construit aussi sa place dans le futur pôle premium de Stellantis. DS y côtoie les marques italiennes Alfa Romeo et Lancia, ces trois griffes devraient partager un certain nombre d’éléments techniques: plateformes, moteurs, mais aussi aides à la conduite.

Le développement de certaines technologies ou techniques esthétiques pourraient aussi être facilitées avec un plus grand nombre de modèles concernés. Des discussions sont déjà en cours entre les différentes marques. La DS4 n’arrivera elle pas tout de suite sur la route. Les commandes ouvriront au printemps, les premiers clients seront livrés en fin d’année.

Pauline Ducamp
https://twitter.com/PaulineDucamp Pauline Ducamp Cheffe de service BFM Auto