BFM Business

Comment Tesla s'organise pour livrer (enfin) la Model 3 en Europe

Près de 3 ans après l'ouverture des précommandes, la Model 3 va débarquer en Europe.

Près de 3 ans après l'ouverture des précommandes, la Model 3 va débarquer en Europe. - Tesla

Dévoilée fin mars 2016, la voiture électrique au plus de 400.000 précommandes arrive en Europe en février prochain. Pour Tesla, c'est un véritable challenge, car ce modèle est bien plus populaire que ceux qu'il commercialise actuellement.

C'est une des voitures les plus attendues de 2019. Pour certains clients européens, qui l'ont précommandée depuis avril 2016, ce sera bientôt la délivrance après presque trois ans d'attente. Cette voiture, c'est bien sûr la Tesla Model 3.

Star du Mondial 2018 à Paris, la berline compacte débarquera en effet de ce côté-ci de l'Atlantique à partir de février, comme l'avait indiqué Tesla début décembre. Après des débuts compliqués aux Etats-Unis, Tesla semble désormais rodé dans ses livraisons. Challenge industriel, la Model 3 représente aussi un défi logistique et commercial. C'est en effet le premier modèle grand public de Tesla, deux fois moins cher que les berlines Model S et SUV Model X. Le constructeur doit donc adopter une stratégie totalement différente par rapport à sa gamme classique, 

3000 Model 3 par semaine

A quel rythme la marque pourra-t-elle livrer ses clients? Tout dépend dans un premier temps de l'arrivage des véhicules, qui sont tous produits en Californie. D'après un article publié récemment par le site spécialisé Electrek, environ 3000 Model 3 pourrait débarquer en Europe à un rythme hebdomadaire, avec comme lieu d'arrivage le port de Zeebruges, en Belgique. Contrairement aux Model S et Model X, dont l'assemblage final était réalisé sur le site de Tilburg, aux Pays-Bas, les Model 3 sont supposées arrivées quasi-prêtes à être remises à leur propriétaire.

Au niveau des équipements, le principal changement par rapport à la Model 3 américaine sera la prise permettant de recharger le véhicule, avec le choix d'un connecteur CSS, installé directement par l'usine américaine. Seule l'installation de certains composants liés au système d'air conditionné par exemple sera effectuée une fois les véhicules débarqués.

Cet assemblage minimal en Belgique devrait permettre de livrer rapidement les Model 3 sur le continent. Pour Tesla, en France en particulier, le défi logistique s'annonce intense. Il faudra passer de la distribution assez limitée des Model S et Model X à un rythme bien plus important pour le premier modèle "abordable" de la marque américaine. Tesla ne devrait toutefois pas recourir à des livraisons à domicile, comme aux Etats-Unis, mais rester sur une remise du véhicule dans ses "service centers". 

Seulement du haut de gamme pour le moment

Reste à savoir combien de pré-commandes seront confirmées pour ce premier débarquement de la Model 3 en Europe. Les automobilistes intéressés ont progressivement accès au configurateur depuis le 5 décembre. Seules deux versions, les plus haut de gamme, sont proposées pour le moment: l'une avec 544 kilomètres d'autonomie et l'autre baptisée "Performance" avec 530 kilomètres d'autonomie mais des accélérations plus foudroyantes.

Sans ajouter d'options, il faudra compter 53.500 euros (bonus écologique de 6.000 euros déduit) pour s'acheter la première contre 64.300 euros (bonus déduit) pour la deuxième. Un modèle à 35.000 dollars (un peu moins de 31.000 euros) doit être disponible à la fin du premier trimestre aux Etats-Unis et sûrement dans la foulée en Europe. 

Julien Bonnet