BFM Marseille
Marseille

Marseille: des rats dans une école maternelle

Malgré deux opérations de dératisation, l'école Saint-Barthélemy SNCF a dû fermer son rez-de-chaussée pour ne pas mettre en danger ses élèves de maternelle. Près de 200 d'entre-eux ne vont plus en cours.

C'est l'émoi dans le 14e arrondissement de Marseille depuis que les rats ont infesté l'école Saint-Barthélémy SNCF. "On a vu des rats se faire manger par des fourmis, des rats morts, il y en a un peu partout dans l'école", témoigne une élève de l'école, au micro de BFM Marseille Provence.

Depuis plusieurs semaines, ce nuisible a investi le rez-de-chaussée de l'établissement scolaire, là où dorment les élèves de maternelle. Aujourd'hui, les classes sont remplies d'excréments, de têtines rongées et de cadavres en décomposition dans les placards.

"On sait tous que les rats ramènent des maladies, ils peuvent même mordre les êtres humains", s'inquiète une mère d'élève.

"Je ne peux pas laisser ma fille à l'école en sachant qu'il y a des rats. Elle peut faire tomber un goûter par terre et le manger. C'est très sale un rat, et à 4 ans on ne sait pas trop ce qu'on fait", raconte une autre.

180 enfants concernés

En attendant de trouver une solution, la directrice de l'établissement a décidé de fermer le rez-de-chaussée. Si tous les enfants peuvent être accueillis, elle recommande aux parents de garder leurs enfants à la maison. En tout, 180 écoliers sont concernés.

Depuis la rentrée, deux dératisations ont eu lieu, mais sans effet pour l'instant. "Un des problèmes que nous avons, c'est que la réglementation a changé, et on ne peut pas utiliser des produits trop forts par rapport à la présence des enfants", explique Pierre-Marie Ganozzi, adjoint au maire en charge des écoles.

"Ce n'est pas l'école qui est la source des rats, ce sont des immeubles à proximité avec qui il va falloir travailler". La mairie a aussi fait reboucher des trous et installer des grilles. Mais si le problème persiste, l'adjoint au maire promet de réfléchir à des méthodes plus radicales.

Louis Chahuneau