BFM Lyon

Vaulx-en-Velin: contre les rodéos urbains, la maire propose des stages sur circuit

Hélène Geoffroy a expliqué ce vendredi sur BFM Lyon sa stratégie mêlant prévention et répression pour lutter contre les rodéos urbains dans sa ville.

Quitte à rouler en roue arrière et enchaîner les pointes de vitesse, autant le faire le plus en sécurité possible. Pour lutter contre le phénomène des rodéos urbains qui pullulent dans l'agglomération lyonnaise, Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin, veut donc proposer des stages de conduite sur circuit.

Une idée née après un accident

Pour l'élue socialiste, à côté de ceux "qui sont liés en réalité au trafic de stupéfiants" et qui "font des roues levées" entre deux livraisons, de nombreux jeunes participent à ces rodéos urbains "par désoeuvrement".

"Il faut faire marcher sur les deux jambes, à la fois de la répression et à la fois de la prévention", a expliqué sur BFM Lyon Hélène Geoffroy ce vendredi.

L'idée de ces stages sur circuit est née de la proposition d'associations de jeunes venus la voir après un grave accident survenu l'année dernière dans lequel un jeune garçon avait été renversé.

Des stages relayés en vidéo

Ces stages, qui doivent avoir lieu le dimanche "là où c'est le moment le plus intense pour les jeunes désoeuvrés", seront l'occasion "d'apprendre les règles" de conduite mais aussi "à bien faire de la moto", affirme l'élue socialiste.

"On prend aussi l'aspect communication, assure Hélène Geoffroy. Nous avons tout un volet vidéo-Snapchat qui permet de montrer les prouesses que l'on fait mais sur un circuit, avec un encadrement".

Pour le volet répression, la maire de Vaulx-en-Velin attend de voir les effets du plan de Gérald Darmanin annoncé cette semaine. Le ministre de l'Intérieur a envoyé une note aux forces de l'ordre pour demander de renforcer les contrôles et de systématiser la saisie des deux-roues servant aux rodéos urbains.

Une brigade moto à Vaulx-en-Velin

"Je soutiens cette notion de fermeté, il faut envoyer des signaux et des réponses très fortes", déclare Hélène Geoffroy, qui vante également l'efficacité de la vidéosurveillance.

"A Vaulx-en-Velin, nous sommes passés de neuf réquisitions de la justice à 223 à l'année. La police nationale vient réquisitionner les images et peut, à partir de là, poursuivre les auteurs et les chercher à leur domicile".

La maire de la commune met aussi en avant la brigade moto mise en place sa ville, "qui permet de faire quelques interceptions". Mais pour elle, hors de question de systématiser les courses-poursuites entre les forces de l'ordre et les auteurs de rodéos urbains, comme certains le réclament.

Les interceptions doivent se faire "quand il n'y a pas de danger, parce que le sur-accident serait plus dramatique", estime-t-elle.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions