BFM Lyon
Lyon

"Depuis des mois, c'est le chaos": après la mort d'un bébé à Lyon, des parents critiquent le réseau de crèches

L'employée d'une crèche privée du 3e arrondissement de Lyon a admis avoir fait ingérer, mercredi dernier, un produit toxique à un bébé de 11 mois. Des parents, dont les enfants fréquentent le même réseau de crèches, estiment que la gestion des établissements s'est dégradée.

"La dernière année a été très compliquée parce que tout le monde était stressé". Trois jours après la mort d'une fillette de onze mois dans une crèche du 3e arrondissement de Lyon, une mère de famille, dont la fille a fréquenté pendant trois ans le même établissement, a témoigné au micro de BFMTV. Selon elle, au fil des années, la gestion de la crèche s'était fortement dégradée.

"Il y avait des burn-out, des gens qui s'arrêtaient tout le temps, des gens qui ne venaient pas. On se retrouvait avec une (auxiliaire) pour neuf, voire dix enfants et clairement, le contrat n'était plus du tout respecté", regrette-t-elle.

"On a toujours laissé nos enfants avec la boule au ventre"

Contacté par BFM Lyon, un père de famille, dont l'enfant fréquente une crèche du même réseau, People & Baby, également dans le 3e arrondissement de Lyon, affirme que l'affaire l'a "écœuré" mais "pas surpris". Évoquant les tarifs élevés de l'établissement, il détaille: "On peut s'attendre à de bonnes prestations mais les employés historiques partent tous, remplacés par des stagiaires qui montrent un tel désintérêt qu'ils ne peuvent être gardés".

Ce père de famille, qui souhaite rester anonyme, témoigne également de conditions de gestion dégradées: "En un an, nous avons vu la capacité de la crèche augmenter mais pas le personnel."

"On a toujours laissé nos enfants avec la boule au ventre depuis des années", ajoute-t-il.

"Nous ne pensions pas que cela irait si loin"

Une autre mère de famille dont l'enfant fréquente le même établissement témoigne auprès de BFM Lyon de problèmes similaires. "Depuis plusieurs mois, c'est le chaos: le personnel de qualité et de longue date quitte le navire ou se met en arrêt maladie, depuis plusieurs mois, nous laissons nos enfants à des inconnus, des intérimaires recrutés du jour au lendemain", écrit cette mère qui souhaite également rester anonyme.

Selon elle, le personnel de la crèche "ne connaît parfois même pas le prénom de nos enfants, ni leurs habitudes, ne respectent pas (les) consignes" des parents. Elle aussi assure avoir redouté un "accident". "Mais nous ne pensions pas que cela irait si loin", conclut-elle.

L'employée mise en examen

Mercredi matin, les pompiers ont été appelés pour une petite fille inconsciente, dans cette crèche, située rue Danton. Transportée en urgence à l'hôpital, et malgré plusieurs tentatives de réanimation, la fillette n'a pas pu être ranimée.

Dans un premier temps, le parquet de Lyon avait ouvert une enquête pour "homicide involontaire". Une employée de la crèche, la seule présente dans l'établissement au moment des faits, a été placée en garde à vue. Cette dernière a admis avoir "aspergé" la petite fille puis lui avoir fait fait "ingérer un produit caustique", "excédée par les pleurs de l'enfant", a indiqué le parquet vendredi.

L'employée a été mise en examen du chef "d'homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans". Sur BFMTV ce samedi, son avocat, Me Philippe Duplan a détaillé: "Le bébé pleurait, elle voulait le calmer, il n'arrivait pas à se calmer. Elle a eu un geste malheureux et maladroit avec des conséquences très graves".

L'affaire a suscité une vive vague d'émotion. Dans le quartier, la sidération règne parmi les riverains. Au micro de BFMTV, l'une d'entre elles se dit "horrifiée de ce qu'il s'est passé". "C'est terrifiant parce qu'en tant que mère de famille, on souhaite le meilleur pour nos enfants et quand on choisit une crèche, on attend des employés le maximum", ajoute-t-elle.

Comme l'indique le parquet, la suite des investigations devra "déterminer les circonstances exactes" de ce drame et "approfondir les éléments relatifs à la personnalité" de l'employée.

Hugo Frances avec Fanny Rocher