BFM Lyon

Téléphérique à Lyon: les mairies de La Mulatière et de Sainte-Foy lancent un référendum

Les deux municipalités, farouchement opposées au projet porté par les écologistes de la métropole, consulteront leurs habitants le 28 novembre. Le résultat sera consultatif et non décisionnel.

Nouvel épisode dans la saga du téléphérique entre Francheville et Lyon. Les mairies de La Mulatière et de Sainte-Foy-lès-Lyon, farouchement opposées à la création d'une ligne de transport par câble au-dessus de leur territoire, proposeront le 28 novembre prochain un référendum à leurs habitants.

Il s'agira d'un référendum consultatif et non décisionnel, les mairies n'étant pas maîtres d'ouvrage. Le processus sera la même que pour une élection classique: le votant devra se présenter aux urnes muni d'une pièce d'identité et d'une carte d'électeur.

Pour Véronique Déchamps et Véronique Sarselli, respectivement édile Les Républicains (LR) de La Mulatière et de Sainte-Foy-lès-Lyon, l'objectif est de peser sur la décision.

Si la métropole de Lyon défend ce projet phare, dont le tracé final sera débattu, elle a néanmoins décidé d'en soumettre l'aboutissement à une concertation. Celle-ci doit être organisée entre le 15 novembre prochain et le 15 février.

Une ligne de téléphérique urbain pourrait voir le jour entre Francheville et Confluence à Lyon.
Une ligne de téléphérique urbain pourrait voir le jour entre Francheville et Confluence à Lyon. © BFM Lyon / Sytral

"Sceptiques sur la sincérité de la consultation"

"On est un peu sceptiques sur la sincérité de la concertation, reconnaît Véronique Déchamps. On voudrait que les résultats de ce référendum soient pris en compte en tant que résultats de la concertation. On ne co-construit pas du tout, du tout, ce projet. On le subit. On apprend les informations directement et parfois indirectement."

Et Véronique Sarselli d'abonder en ce sens: "Un transport par câble sans les maires, c'est très compliqué. Sans la population, c'est suicidaire. Nous parlons à Sainte-Foy d’une co-visibilité pour plus de 1300 familles sur le trajet 'de référence'", a déclaré la maire sur les réseaux sociaux.

Dans l'opinion publique, la tendance semble également défavorable à la construction d'un téléphérique. D'après un sondage* Ifop commandé par la mairie de Sainte-Foy-lès-Lyon, 77% des habitants sont opposés à l'idée. 61% y sont même "très défavorables".

Un sondage défavorable au projet

Les riverains refusent notamment que leur environnement soit terni par des pylônes et des télécabines. 78% craignent ainsi un "impact paysager négatif". D'autres ne veulent pas être gênés par des nuisances sonores.

Surtout, pour les 500 habitants de Sainte-Foy-lès-Lyon interrogés (sur un total de 22.000), le téléphérique ne constituerait pas un moyen de transport suffisant pour désengorger l'ouest lyonnais. 90% demandent que le métro E soit plutôt priorisé par le Sytral.

Ce sondage, dont les enseignements pourraient bien être confirmés par le référendum puis par la concertation, font office de nouveau coup dur pour la métropole. Plusieurs actions ont déjà été organisées ces derniers mois en opposition au téléphérique, notamment une pétition et un jeu-concours.

La métropole peut néanmoins se réjouir du soutien de l'État, lequel a débloqué 7 millions d'euros pour sa construction, sur les 160 millions nécessaires. Bruno Bernard, le président de la métropole, avait salué ce financement. "Une bonne chose", a-t-il soutenu, qui "démontre que ce type de projet est d'une nouvelle façon de mobilité qui est aussi intéressante".

*Sondage Ifop pour la mairie de Sainte-Foy-lès-Lyon, réalisée par téléphone du 30 août au 3 septembre 2021 auprès d'un échantillon de 502 personnes, représentatif de la commune âgée de 18 ans et plus.

Lucie Jung avec Florian Bouhot