BFM Lyon

Nouvelle passe d'armes entre Grégory Doucet et Laurent Wauquiez sur le thème de la sécurité

Grégory Doucet, maire de Lyon

Grégory Doucet, maire de Lyon - JEFF PACHOUD / AFP

Le maire écologiste de Lyon et le président Les Républicains de la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont interpellés sur Twitter à propos de la gestion de l'insécurité.

C'est la première prise de bec de 2021 entre Grégory Doucet et Laurent Wauquiez. Le maire écologiste de Lyon et le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont fait part sur Twitter de leurs désaccords sur la gestion de la sécurité.

Ce vendredi, Laurent Wauquiez était en visite à Grigny (Rhône) pour promouvoir le pacte régional de sécurité, adopté en octobre dernier, qui propose aux communes de la région un soutien financier pour équiper les policiers et installer des caméras de vidéoprotection.

"Les élus Verts-extrême-gauche doivent enfin sortir du déni"

"Face à l'insécurité, on peut investir dans la police municipale et la vidéoprotection comme le propose la Région ou on peut, comme le maire de Lyon, dénigrer le travail des policiers. Les élus Verts-extrême-gauche doivent enfin sortir du déni et accepter notre main tendue", a-t-il écrit sur Twitter.

Un tacle non-dissimulé au maire EELV de Lyon, qui lui a répondu sur le même ton. "Sous quel gouvernement les effectifs de notre police ont fondu (-10.000 postes)? Celui où vous étiez ministre", a-t-il rétorqué.

"Le déploiement de la vidéo surveillance est une mesure que nous évaluons afin d'assurer son efficacité. En matière d'argent public, nous ne sommes pas dans l'idée d'instaurer des mesures pour faire de 'l'affichage', au motif que l'argent public vient d'une autre collectivité", a-t-il continué.

En décembre, les deux hommes s'étaient opposés au sujet de l'opération de dépistage massif contre le Covid-19, organisé par la région avant les fêtes. L'édile a regretté une décision "pas assez travaillée et pas assez concertée avec les collectivités territoriales et les acteurs médicaux". La Ville avait toutefois donné son accord pour l'installation de cinq centres de dépistages.

Fanny Rocher