BFM Grand Littoral

Le maire de Dunkerque espère un "dernier sursis" avant un nouveau confinement

Le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, a expliqué lors d'un point presse ce mardi avoir proposé à Olivier Véran une nouvelle stratégie pour l'agglomération, afin d'éviter un confinement local.

Dunkerque sera-t-elle la prochaine ville touchée par un confinement local? Alors que le taux d'incidence explose dans l'agglomération, s'établissant lundi à 901 cas pour 100.000 habitants, la décision est désormais entre les mains du gouvernement. Ce mardi midi, le maire de la ville a tenu un point presse, lors duquel il a expliqué avoir proposé un "dernier sursis" pour éviter le confinement. Toutefois, les élus locaux ne s'opposeront pas à un confinement si la décision est prise.

L'épuisement des soignants

Après avoir rappelé le taux d'incidence particulièrement inquiétant, Patrice Vergriete a tenu à avoir une "pensée pour nos soignants et nos hôpitaux", soulignant que c'est "là où est le problème est le plus grave", avec pas moins de 86 patients contaminés au Covid-19, tandis que 57 transferts de patients vers d'autres régions ont déjà été enregistrés.

L'édile évoque également "l'état d'épuisement dans lequel se retrouve nos soignants".

Le contact a été établi entre la métropole et le gouvernement, notamment avec Olivier Véran dimanche et Jean Castex ce mardi. Le ministre de la Santé se rendra sur place mercredi.

Dernière chance

D'ici-là, les vingt maires de l'agglomération de Dunkerque ont, dans "une démarche pro-active" et malgré la "situation difficile", proposé une stratégie en quatre points: "poursuivre les campagnes de dépistages", "augmenter les vaccinations", tout en s'appuyant sur "le port du masque obligatoire partout hors activité physique" ainsi qu'une "immense campagne de sensibilisation sur le thème du zéro rassemblement, zéro regroupement".

Pour Patrice Vergriete, il est primordial d'éviter tout rassemblement, familial ou en entreprise, même durant toute la période des vacances scolaires. C'est la "toute dernière chance" de la population.

"Nous ne nous opposerons pas à un confinement s'il devait avoir lieu mais nous devons tout tenter avant les mesures de prévention de liberté, souligne-t-il, avant d'ajouter: nous avons proposé un dernier sursis aux Dunkerquoise et Dunkerquois."
Esther Paolini Journaliste BFMTV