BFM Lille

Tourcoing: Gérald Darmanin toujours maire, l'opposition s'impatiente

Plus d’un mois après sa nomination en tant que ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin est toujours en poste à la mairie de Tourcoing. Une situation qui fait débat dans la ville du Nord.

Gérald Darmanin serait-il en train de jouer la montre ? C’est la question que se posent certains Tourquennois. Le maire de Tourcoing, nommé ministre de l'Intérieur le 6 juillet dernier, n'a toujours pas démissionné de son poste à la mairie. Annoncée dans un premier temps au mois de juillet juillet, cette démission a finalement été retardée à fin août.

Dans les rues de Tourcoing, on oscille entre agacement et approbation face à cette situation. "Il sait très bien que s’il est jeté de Paris, son deuxième secours, c’est ici. Il redeviendra maire, il n’est pas bête !", lâche une habitante, au micro de BFM Lille. "Plus il retarde, plus il reste avec nous, les Tourquennois", se réjouit une autre.

L'opposition impatiente

Du côté des élus de l'opposition, c’est surtout l’impatience qui domine. "Tourcoing cherche son maire. On le voit partout (Gérald Darmanin, NDLR), sauf à Tourcoing, et c’est ça qu'on trouve insupportable", déplore Thomas Demarcq, membre du collectif Ambition Commune. 

"Il y a quand même une ville de 100.000 habitants qui attend des décisions importantes. Les défis sont là, et ils sont majeurs donc on attend quelqu’un aux commandes", insiste-t-il.

Son remplaçant connu fin août

Katy Vuylsteker, élue écologiste, dénonce quant à elle une stratégie qui favorise un agenda personnel.

"On n’a absolument aucune information sur le prochain conseil municipal, ou sur qui pourrait être le prochain maire désigné. Je soupçonne qu’il se garde une place en mairie de Tourcoing, au cas où il se ferait démissionner de son ministère Place Beauvau", dénonce-t-elle.

Ce "filet de sécurité", Gérald Darmanin ne devrait plus le conserver très longtemps toutefois. Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur a assuré que le nouveau maire de Tourcoing serait connu d’ici la fin du mois d'août, "après la trève estivale".

Jérémy Losio Journaliste BFMTV