BFM Lille

"Le foot est au-dessus de tout": "L'incompréhension" des Amis du Paris-Roubaix après la parade du Losc

Plusieurs milliers de personnes ont pu célébrer lundi le titre de champion de France du Losc lundi, au mépris des gestes barrières. Impossible à comprendre pour les fans de Paris-Roubaix qui dénoncent un deux poids deux mesures.

L'euphorie du titre du LOSC un peu retombée, les images de la foule venue acclamer les joueurs lundi suscitent de plus en plus de commentaires. Environ 15.000 personnes étaient rassemblées pour célébrer le titre de champion de France de Lille, sans grand respect des gestes barrières.

Très rapidement, l'Agence régionale de santé a recommandé aux personnes présentes d'aller se faire tester, et de s'isoler si nécessaire. Mais au lendemain de ces célébrations, une question se pose: fallait-il autoriser cet important rassemblement alors que l'épidémie continue de circuler activement?

Des mesures "absurdes"

D'autant plus que ces images ont suscité la colère d'autres amateurs de sport. En premier lieu, les fans de Paris-Roubaix. Prévue au printemps, la course a été reportée à l'automne prochain, par crainte des attroupements au bord de la route pour assister au passage des coureurs.

"Il y a une certaine constance dans les mesures un peu absurdes prises par nos dirigeants. On supprime des grands événements sportifs comme Paris-Roubaix, les Quatre jours de Dunkerque ou l'Enduropale du Touquet et puis là, on laisse des milliers de gens déferler dans les rues, sans aucune protection", s'est agacé ce mardi sur BFM Lille François Doulcier, président des Amis du Paris-Roubaix.

"Je suis dans l'incompréhension totale. Ça me conforte dans le fait que le foot est le sport est au-dessus de tout (...) c'est plus facile de taper sur le cyclisme que sur le foot", poursuit-il.

Course prévue à l'automne

"Tout ce qui s'est passé était parfaitement prévisible, mais les autorités ont laissé faire (...) D'un côté, on n'autorise pas mais on laisse faire, et de l'autre, on est très dur et on supprime l'un des plus grands événements sportifs qui est attendu dans le monde entier comme Paris-Roubaix", déplore le président de l'association.

François Doulcier a désormais espoir que la course puisse se tenir comme prévu en octobre prochain. "Il ne faudrait pas qu'un super variant vienne rebattre les cartes", surtout après un été où "les gens vont être brassés" comme l'année dernière. "J'espère qu'il y aura du public. A l'extérieur, le risque est beaucoup plus limité. Ce qu'il ne faut pas, c'est être collés les uns aux autres, comme on a vu à Lille".

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions