BFM Lille

Hauts-de-France: privés des bars et des restos, les brasseurs se détournent de la bière en fûts

Les brasseurs ont dû renoncer à leurs ventes en fût pour privilégier les bouteilles dédiées aux particuliers.

Les brasseurs ont dû renoncer à leurs ventes en fût pour privilégier les bouteilles dédiées aux particuliers. - BFM Grand Lille

Privés de la clientèle des restaurants et des bars, fermés depuis le mois d'octobre, les brasseurs de la région tentent de réduire leurs pertes en vendant plus de bières en bouteilles.

Depuis le mois d'octobre, la brasserie du Moulins d'Ascq n'a pas vendu un seul fût de bière. La faute au reconfinement et à la fermeture des bars et restaurants. Si près d'un quart de sa production a été perdue, l'impact a été plus limité sur le chiffre d'affaires grâce à la vente aux particuliers.

"Les quinze derniers jours du mois d'octobre n'ont pas été terribles, et le mois de novembre n'a pas été bon, on a perdu 25% du chiffre d'affaires par rapport à l'année dernière", explique Alban Decoster, co-gérant de cette brasserie de Villeneuve d'Ascq, au micro de BFM Grand Lille.

30.000 litres de bières sur les bras

Toutefois, la brasserie a relevé la tête au mois de décembre. "Avec les fêtes, les consommateurs ont peut-être eu envie de reboire un peu, repartager des moments sympas en petit comité", avance Alban Decoster. Résultat: "on a pu repasser sur notre chiffre d'affaires de l'année dernière".

Malgré ce sursaut, la situation reste compliquée pour le brasseur qui se retrouve avec près de 30.000 litres de bière stockés dans des fûts, impossible à ouvrir et sans solutions pour les écouler.

Sans perspective de réouverture des bars et restaurants à court terme et privés d'aides pour le moment, les brasseurs ont perdu en moyenne entre 20% et 50% de leur chiffre d'affaires en 2020.

Dans l'attente d'une aide

"Il y a une aide à la destruction qui a été votée mais qu'on n'a pas encore touché (...) il y a 4,5 millions d'euros pour 2400 brasseries", affirme Vincent Bogaert, président du syndicat des brasseurs des Hauts-de-France, qui s'inquiète de l'avenir des stocks.

"Quid des bières de Noël qui est en fût? Et puis des bières qu'on avait déjà en fût à partir du mois d'octobre", s'interroge le responsable.

En attendant de trouver des solutions et une hypothétique réouverture des restaurants au plus tôt au mois de février, les brasseurs vont donc continuer à ne remplir uniquement que des bouteilles.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions