BFM Business

Vacances de Noël: les Français mettent le cap sur l'Outre-mer... et Dubaï

Les Antilles et la Réunion sont les destinations les plus plébiscitées pour les vacances de fin d'année.

Noël sur les plages des Caraïbes ou la Saint-Sylvestre au milieu de l'océan Indien? Pour les Français qui passeront les fêtes de fin d'année hors de l'Hexagone, cap sur les îles d'outre-mer: les réservations pour la Guadeloupe, la Martinique ou l'île de la Réunion s'envolent depuis quelques jours.

La demande est très forte et nous sommes obligés de mettre des vols supplémentaires pour contenir cette demande", assure Laurent Abitbol, à la tête du groupe Marietton (Selectour, Havas Voyages) et de ses 485 agences de voyage.

Avec la levée annoncée des restrictions de déplacement et la fin des attestations dérogatoires à partir du 15 décembre, "les voyageurs se rendent compte qu'ils vont pouvoir voyager. Or, l'Outre-mer reste l'une des destinations les plus faciles d'accès pendant cette période de Noël", rapporte Guillaume Rostand, porte-parole du comparateur de billets d'avion Liligo.

Une destination facile d'accès

Plus facile d'accès car les tests antigéniques – plus rapides à obtenir que les tests PCR – peuvent suffire, sous certaines conditions, pour s'y rendre. Les mesures contre le coronavirus y sont aussi moins strictes qu'en métropole: les bars restent fermés, mais les restaurants sont ouverts. Air France, pour faire face au regain de la demande, va quadrupler les dessertes vers l'Outre-mer pour la période des fêtes.

"Depuis les annonces [sur le déconfinement], on a une très forte croissance de nos ventes, avec une multiplication par trois par rapport aux volumes précédents (…). Beaucoup de destinations étrangères ne sont pas ouvertes [aux touristes], c'est le cas de l'île Maurice ou de la Floride, donc les Antilles et la Réunion sont une très bonne destination. On est dans un environnement français, ça donne une certaine sécurité, il fait beau, c'est une très bonne opportunité", assurait de son côté sur BFM Business Pascal de Izaguirre, à la tête de la compagnie aérienne Corsair, qui relie la métropole et l'Outre-mer.

-30% vers Pointe-à-Pitre

Cet attrait pour les destinations ultramarines est aussi une question de budget: selon Liligo, les prix des billets d'avions vers Saint-Denis de la Réunion ont baissé de 14% par rapport à l'année dernière, et de près de 30% pour Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. Et, selon le comparateur en ligne, cette baisse des prix n'est pas réservée aux Antilles ou à la Réunion: les billets d'avion vers les pays voisins, comme le Portugal ou le Maroc, se vendent en moyenne 20 à 25% moins chers que d'habitude.

Mais aussi... le Moyen-Orient, et plus précisement les Emirats Arabes Unis. Si l'on ne compte pas le "marché affinitaire" - les voyageurs qui rendent visite à leur famille en France mais aussi au Maghreb ou au Sénégal - Dubaï s'impose comme la première destination de loisirs cet hiver, selon le comparateur de vol Mister Fly. Une partie des voyageurs "à haut budget", contraints de renoncer aux stations de ski, se reporterait sur l'émirat, "parce que ce sont des niveaux de budget équivalents", explique Frédéric Filloud, directeur du e-commerce chez Mister Fly.

Interdiction de skier

Mais le gouvernement ne lâche pas complètement la bride sur les voyages en Outre-mer ou à l'étranger. Si ces derniers sont autorisés, le Premier ministre a demandé aux éventuels touristes de "se tenir informés" avant de partir en scrutant "la situation sanitaire dans le pays de destination et des éventuelles restrictions en matière d’accès et de séjour". Et pas question de partir skier en Italie, en Suisse ou en Autriche: selon Jean Castex, ceux qui se feraient contrôler à la frontière d'un retour de séjour aux sports d'hiver risqueraient un isolement de 7 jours.

J. B.