BFM Business

Soldes d'hiver: 5 choses à savoir pour faire des bonnes affaires

56% des Français estiment que les soldes « ne servent à rien »

56% des Français estiment que les soldes « ne servent à rien » - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Mercredi démarre officiellement la période des soldes pour la plupart des départements français. Voici cinq questions pour mieux aborder ce rituel.

Le 8 janvier, c’est le début des soldes dans la plupart des départements français. Vente à perte, garantie et dérogations, nouveautés… Cinq questions sur ce rendez-vous rituel.

> Quand un commerçant peut-il revendre à perte?

La revente à perte, quand le commerçant vend le produit moins cher qu’il ne l’a acheté ou qu’il ne va lui rapporter, est interdite par la loi...sauf exceptions. Les soldes, qui clôturent une fin de saison, en sont une. Le commerçant peut alors vendre à perte, mais seulement ce qu’il a acheté depuis au moins un mois et déjà proposé en magasin.

D’autres exceptions à la règle: quand le magasin ferme et doit liquider sa marchandise, ou quand le produit est "démodé", obsolète ou proche de la date de péremption. Dans ce dernier cas et concernant les produits alimentaires, la loi Alimentation a limité leur seuil de vente à perte: depuis 2018, leurs promotions sont limitées à un tiers du prix de vente au consommateur.

Un commerçant a également le droit de s’aligner sur un prix plus bas dans un autre magasin qui se situe dans la même zone d’activité. Mais ce même magasin ne doit pas excéder une certaine surface: 300m2 de produits alimentaires et 1000 m2 pour les autres.

Reste enfin la situation où le commerçant se procure un produit qu’il avait déjà dans ses stocks, et que le produit nouvellement arrivé est moins cher: il peut donc vendre ses produits stockés au même prix bas.

C’est ainsi la vente à perte qui distingue les "soldes" des "promotions", comme le Black Friday et les ventes privées. Mais pour les fadas des rabais, il reste possible de se procurer des articles bradés en-dehors de la période du 8 janvier au 4 février et du 24 juin au 21 juillet 2020: en se rendant dans les zones dérogatoires.

> Pourquoi des calendriers différenciés selon les territoires?

Les départements frontaliers ont pu demander, en 2008, des dérogations pour ne pas subir la concurrence des pays voisins. Chaque hiver, quatre départements métropolitains devancent les autres d'une semaine: la Meuse et la Meurthe et Moselle, frontaliers à la Belgique où les soldes commencent le deuxième jour ouvré de janvier, et la Moselle voisine du Luxembourg où les soldes démarrent le premier jour ouvré, soit le 2 janvier pour cette année 2020. Quant au département des Vosges, qui ne touche pas ces pays étrangers, ses unions de commerçants ont plaidé leur cause auprès des députés pour s'aligner sur le calendrier des trois départements limitrophes, Meuse, Meurthe et Moselle et Moselle. 

Les organisations représentatives de commerçants du Bas-Rhin, qui touche l’Allemagne, ont préféré suivre le reste de la France. En Allemagne, les soldes débutent certes dès la fin décembre, mais les dates sont flexibles et libre aux magasins de les pratiquer ou pas.

Pour le second round de soldes, c’est au tour des départements qui accueillent les touristes estivaux de se fixer sur un autre calendrier: en Corse, elles s’étaleront ainsi du 8 juillet au 4 août. Dans les territoires d’outre-mer, on joue sur d’autres saisons: février et septembre à la Réunion et mai et novembre à Saint Barth par exemple.

> Quelle est la règle pour le e-commerce?

Un client de Rennes, Bordeaux, Lyon ou Lille peut-il profiter un 2 mai des soldes sur l’île de Saint Martin en faisant son shopping à distance? Non: sur internet, le calendrier s’aligne sur le national. Et nouveauté, il est écourté de quatre semaines, offrant désormais huit semaines de soldes.

Depuis plusieurs années, les achats sur internet sont en croissance. L'entreprise de reciblage publicitaire sur internet, Criteo, a par ailleurs relevé que les achats se font de plus en plus via les smartphones.

> Les produits soldés bénéficient-ils des mêmes garanties qu’en temps normal?

Oui. Si le produit présente des défauts de fabrication non apparent, le vendeur est obligé de le remplacer ou de le rembourser. Et si le défaut est visible, c’est la même règle que le reste du temps: le commerçant n’est pas obligé d’offrir un rabais mais peut faire un geste commercial. C'est ce qui se passe quand vous vous trompez sur la taille d’un vêtement par exemple: le commerçant n'est pas tenu de le reprendre, surtout quand il s'agit d'écouler ses stocks.

> Quel est l’impact environnemental des soldes?

Difficile à calculer. Les vêtements sont les produits les plus achetés pendant les soldes, selon une étude Ifop. Et l'empreinte écologique du textile est très élevée, si l'on compte l'ensemble de la chaîne: ce serait même la deuxième industrie la plus polluante du monde. Si le vêtement d'occasion connaît un engouement grandissant, 70% de notre garde-robe resterait dans les placards.

Mais cette année, les Français se montreraient modérés: à en croire le sondage de l’Ifop réalisé en décembre, 70% des Français vont profiter des soldes pour faire des "achats utiles". Mais chez les 18-24 ans, c’est encore le "coup de cœur" qui prime.

Toujours selon la même étude, le panier moyen devrait être de 193 euros. Les plus sensibles à l'environnement pourront se procurer une carte bancaire "écologique": elle indique le niveau d'empreinte carbone du produit acheté, et peut même se bloquer s'il dépasse un certain seuil...

Fanny Guyomard