BFM Business

Retraites: les syndicats CGT, CFE-CGC et FSU quittent les négociations sur la fonction publique

La CGT, la CFE-CGC et la FSU ont claqué ce mercredi la porte de la réunion sur la pénibilité dans la fonction publique organisée par les secrétaires d'État Olivier Dussopt et Laurent Pietraszewski.

La CGT, la CFE-CGC et la FSU ont claqué ce mercredi la porte de la réunion sur la pénibilité dans la fonction publique organisée par les secrétaires d'État Olivier Dussopt et Laurent Pietraszewski. - LUDOVIC MARIN-AFP

La CGT, la CFE-CGC et la FSU, opposées à la réforme des retraites, ont claqué ce mercredi la porte de la réunion sur la pénibilité dans la fonction publique organisée par les secrétaires d'État Olivier Dussopt et Laurent Pietraszewski.

La CGT, la CFE-CGC et la FSU ont quitté la table des négociations sur la pénibilité dans la fonction publique organisée par les secrétaires d'État Olivier Dussopt et Laurent Pietraszewski, a-t-on appris auprès de leurs responsables.

"Je fais toujours le choix de privilégier ceux qui font des propositions à ceux qui font le choix de quitter la salle" a commenté Olivier Dussopt à l'issue de cette réunion. "Ce que je retiens c'est qu'à un niveau interprofessionnel comme à un niveau inter-fonction publique, tout le monde souhaite participer à une bonne prise en compte de la pénibilité et à l'aménagement des fins de carrières. À partir de la semaine prochaine, l'ensemble des organisations syndicales seront invitées à participer à de nouveaux entretiens bilatéraux, pour aller de l'avant" a-t-il ajouté.

La fin des "catégories actives" au coeur de la discorde

Selon ces syndicats, Olivier Dussopt a annoncé "la fin des catégories actives" qui permettaient aux agents ayant un métier particulièrement pénible de partir à la retraite anticipée 5 ou 10 ans avant l'échéance. FO et Solidaires avaient décidé dès mardi de boycotter cette réunion. L’âge légal de départ est notamment de 57 ans, contre 62 ans.

Ces emplois relevant de la catégorie "active" (leur exercice présentant un risque particulier ou des fatigues exceptionnelles), représentaient en 2016 49% des fonctionnaires hospitaliers et 7% des fonctionnaires territoriaux.

Frédéric Bergé avec AFP