BFM Business

Retraites: Edouard Philippe veut une réforme "qui garantisse durablement l'équilibre financier du système"

Interrogé par BFMTV, l'ancien Premier ministre a rappelé son attachement à la réforme des retraites. "On peut faire semblant de ne pas voir qu'il y a un problème, la réalité finit toujours pas vous rattraper" a-t-il insisté.

Même hors du gouvernement, Edouard Philippe n'en démord pas : la réforme des retraites, initiée sous son gouvernement doit être maintenue. "On peut faire semblant de ne pas voir qu'il y a un problème, la réalité finit toujours pas vous rattraper" a expliqué le maire du Havre au micro de BFMTV, lors d'une séance de dédicaces à Rouen, ce jeudi.

"Et la réalité du système des retraites, c’est qu'aujourd'hui, il n'est pas équilibré" poursuit-il. "Il faudra donc s'y attaquer. Quand ? C'est la majorité qui le déterminera avec le président et le gouvernement. Comment ? Il peut y avoir des discussions, j'en suis certain."

"Moi pour ma part, je suis extrêmement attaché à ce qu'on ne fasse pas semblant de faire une réforme mais à ce qu'on fasse une réforme qui garantisse durablement l'équilibre financier du système" a martelé l'ancien Premier ministre.

Une réforme en deux temps?

La réforme des retraites a pris du plomb dans l'aile avec la pandémie. Si les syndicats y étaient déjà majoritairement hostiles, Emmanuel Macron avait annoncé début juin que cette réforme n'aurait finalement pas le même visage. "La réforme était ambitieuse, extrêmement complexe, et du coup, elle était porteuse d'inquiétudes. Il faut le reconnaître", expliquait-il lors d'un déplacement à Martel dans le Lot.

Depuis, la question agite les principaux acteurs. Le Medef souhaite faire de cette réforme un enjeu de la prochaine présidentielle tandis que le ministre de l'Economie Bruno Le Maire soutient toujours "une réforme qui soit simple, efficace et juste". Selon les informations de BFMTV, l’exécutif envisage désormais d’avancer par petits pas en scindant la réforme en deux. Cela pourrait passer par la présentation d'un premier projet ciblant les régimes spéciaux d'ici la fin du quinquennat, avant que la suite de la réforme ne soit présentée lors d’un éventuel second mandat.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business