BFM Business

Success story des Tricots Saint James en Chine

-

- - -

Créée en 1889 dans la Manche, en France, l’entreprise Tricots Saint James est labellisée entreprise du patrimoine vivant, lui permettant de s’exporter plus facilement et de miser sur un développement à l’international. Après le Japon et la Corée du Sud, c’est désormais en Chine que la griffe s’implante avec brio.

Cela fait plus de 30 ans que les Tricots Saint James sont disponibles en Asie. Au Japon et en Corée du Sud dans un premier temps, puis en Chine depuis 7 ans. Un développement qui s’est fait naturellement, comme l’explique son dirigeant Luc LeSenécal, 40% des 60M de chiffre d’affaires que réalisent l’entreprise normande se faisant via l’exportation. 

La recette du succès de leur présence sur le marché chinois ? Mettre en avant le made in France, très populaire en Chine. C’est ainsi que les consommateurs raffolent des marinières et pulls de la marque bretonne : car ce n’est pas seulement un vêtement qu’ils achètent, mais un savoir-faire de plus de 130 ans. 

En effet, les Chinois sont davantage intéressés par l’histoire de la marque, son patrimoine et son authenticité. Marque premium, les Tricots Saint James s'éloignent donc des enseignes de fast fashion pour cibler une clientèle fidèle. 

Face à l’épidémie de COVID-19, les Tricots Saint James se sont égalements adaptés. Après avoir fermé dans un premier temps ses ateliers, la marque s’est finalement lancée dans la production de masques. Une idée venue suite aux demandes du groupe hospitalier du Mont Saint-Michel, qui était à la recherche de matériel médical et de masques. Ces derniers sont désormais produits et vendus par l’entreprise française, à des collectivités, des entreprises, et bientôt des consommateurs.

En partenariat avec China Radio International