BFM Business

Malgré la crise, les grandes entreprises restent optimistes

Le Baromètre des Grandes Entreprises réalisé par EuroGroup Consulting pour BFM Business révèle que un optimisme stable malgré la crise du Covid-19. Elles sont 60% à prévoir une amélioration de la situation dès la fin de l'année.

Il y a un an, notre Baromètre des Grandes Entreprises réalisé par EuroGroup Consulting pour BFM Business, révélait l'optimisme de 7 dirigeants sur 10 pour l'année 2020, malgré les grèves et les mouvements sociaux. C'était sans compter l'arrivée du Covid-19 qui a bousculé l'économie. Malgré tout, les grandes entreprises gardent espoir pour l'année 2021 : elles sont 68% à se dire optimistes, contre 70% l'année dernière, ce qui reste stable.

"On peut considérer qu'on est dans une année assez exceptionnelle malgré la crise", a estimé Maxime Letribot, associé chez Eurogroup Consulting, invité ce lundi matin de Good Morning Business sur BFM Business.

Les grands patrons anticipent néanmoins une sortie de crise plus précoce pour leurs entreprises que pour l'économie française: près de 45% des dirigeants interrogés pensent que leurs entreprises seront tirées d'affaires d'ici la mi-2021, mais ils ne sont que 8% à affirmer qu'il en sera de même pour l'économie française à la même date. "Les PME et plus petites entreprises risquent d'être beaucoup plus touchées car très dépendantes des aides de l'Etat", note EuroGroup Consulting dans son baromètre.

Moins d'embauches en 2021

La crise a eu de fortes répercussions sur les intentions d'embauche qui sont divisées par deux pour l'année 2021. Seulement 16% des grandes entreprises prévoient d'embaucher cette année, contre 31% en janvier dernier. Selon l'enquête, les entreprises françaises qui envisagent des recrutement sont moins nombreuses que celles qui prévoient une baisse d'effectifs.

Par ailleurs, près d'un quart des dirigeants prévoient des baisses d'investissement en France "conscients de la situation atypique – et conjoncturelle – du soutien de l’économie par l’Etat", note Eurogroup.

Mais les grandes entreprises se montrent beaucoup plus confiantes pour l'étranger : 58% des patrons interrogés pense que leur activité va se développer à l'international - et seulement 34% l'anticipent en France - et un tiers y envisagent une hausse de leurs investissements.

"C'est une bonne nouvelle: les grandes entreprises françaises, dans un contexte de crise internationale, ne sont pas dans une logique de repli sur elles et continuent d'avoir une dynamique de développement à l'international", a souligné Maxime Letribot.

Adaptation aux incertitudes

Quant aux risques, la principale inquiétude des grandes entreprises est sans surprise économique et financière (84,2%). Viennent ensuite les risques sanitaires qui préoccupent 55,3% des sondés, et cyber (52,6%). Dans un contexte de crise, les principaux défis à relever cette année selon les grandes entreprises sont l'adaptation aux incertitudes liées à la crise sanitaire et le maintien de la rentabilité.

Quelles seront les conséquences de la pandémie? Huit dirigeants sur dix estiment que la crise sanitaire transformera l'organisation du travail et les pratiques managériales dans leurs entreprises, et plus de la moitié citent la digitalisation ou l'automatisation de leurs modèles opérationnels.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech