BFM Business

La PDG de la RATP évalue à 200 millions d'euros le coût de la grève

BFM Business

La PDG, Catherine Guillouard, a rappelé que la grève a coûté environ 200 millions d'euros à l'entreprise, mais ses comptes 2019 "vont rester dans le vert", grâce à une "saine gestion" durant l'année. Elle ajoute que la réforme des retraites à la RATP ne concernera pas 97% des conducteurs de RER et 70% des conducteurs de métro.

Les 45 jours de grève reconductible va peser sur les comptes financiers de la RATP, qui reste sous la menace d'une journée de grève demain mercredi. "On a déjà perdu quasiment les trois quarts du résultat de la RATP en 2019" explique, dans un entretien au quotidien Le Parisien, Catherine Guillouard, PDG de l'entreprise publique de transport. Elle ajoute que ce mouvement social a coûté environ 200 millions d'euros à l'entreprise, même si ses comptes "vont rester dans le vert" en 2019, grâce à une "saine gestion" durant l'année.

"Il faut maintenant que l'on puisse conserver cette force de frappe pour investir les 2 milliards d'euros prévus cette année" ajoute-t-elle.La

"Avoir 17 ans de transition est une concession majeure"

Concernant l'application de la réforme des retraites à la RATP, elle réaffirme: "oui, les régimes spéciaux vont être supprimés, mais la phase de transition sera longue, adaptée, et respectueuse du contrat social de la RATP", a estimé Catherine Guillouard.

La patronne de la RATP souligne les concessions qui ont été faites, "la clause à l'italienne en est une majeure. Le fait d'avoir 17 ans de transition est aussi une concession du gouvernement".

Les salarié(e)s qui ont une date d'ouverture des droits avant le 1er janvier 2037 ne sont pas concerné(e)s, rappelle t-elle tout en ajoutant, "cela représente 58% des agents, avec des cas très différents: c'est le cas d'un conducteur de bus sur deux, de 70% des conducteurs de métro et 97% des conducteurs de RER."

Frédéric Bergé