BFM Business

SpaceX: une petite pièce défaillante responsable de l'explosion de la fusée

Le Falcon 9 a explosé au lancement le 28 juin.

Le Falcon 9 a explosé au lancement le 28 juin. - Nasa TV

Une fixation, de 60 cm, retenait un conteneur d'hélium. Sa défaillance expliquerait d'explosion de la fusée Falcon 9 fin juin.

A peine 60 cm de long et pourtant cette petite pièce est responsable de l'échec. La défaillance d'une fixation, une sorte d'amortisseur, qui retenait un conteneur d'hélium dans le deuxième étage de la fusée Falcon 9 de la société SpaceX, est probablement à l'origine de l'explosion du lanceur après le décollage le 28 juin.

"Une de ces fixations a cédé durant le vol", a expliqué Elon Musk, le patron de la société, lors d'une conférence de presse téléphonique, précisant qu'il s'agissait de "résultats préliminaires" et que la reprise des vols de Falcon n'aurait pas lieu "avant septembre au plus tôt". La fixation en acier retenait le conteneur rempli d'hélium à haute pression qui se trouvait à l'intérieur du réservoir à oxygène liquide. Cette attache est supposée résister à une force de cinq tonnes sous l'effet de la vitesse supersonique de la fusée durant le lancement.

L'accident, le premier pour SpaceX, avait entraîné la perte de deux tonnes de fret à bord de la capsule Dragon, dont des matériaux destinés à des expériences scientifiques, des provisions (eau et nourriture) ainsi que des équipements coûteux de la Nasa destinés à la Station spatiale internationale (ISS).

Au total la perte de fret est estimée à 110 millions de dollars, selon un rapport au Congrès. Ces fixations d'une épaisseur de 2,5 centimètres au sont fabriqués par des fournisseurs extérieurs, a indiqué Elon Musk, soulignant qu'ils ne seraient plus utilisés et que les prochains seraient tous testés avant les lancements. Il a également dit qu'il ne pensait pas que cet accident "affecterait le calendrier du programme des vols habités vers l'ISS" à bord de Dragon 2, à partir de 2017 dans le cadre d'un contrat avec la Nasa.

"Trop confiant"

Il a expliqué que la capsule Dragon aurait pu survivre avec un logiciel permettant de déployer ses parachutes utilisés pour son retour sur la Terre qui sera installé sur les prochains vols. Elon Musk a aussi concédé que SpaceX était peut-être devenu "un peu trop confiant" après une série de 18 lancements réussis et que ce revers "est une leçon importante" pour l'avenir.

La fusée a explosé deux minutes et 19 secondes après le décollage depuis la station de l'US Air Force de Cap Canaveral en Floride. Le premier étage du lanceur a bien fonctionné et aucun problème technique autre que la défaillance de cet amortisseur n'a été détecté à ce stade dans l'analyse des nombreuses données transmises au sol, a-t-il souligné.

Cet accident a été le troisième d'une mission d'approvisionnement de l'ISS en huit mois. En octobre, la fusée Antares de la firme américaine Orbital Science a explosé quelques secondes après le décollage depuis le centre de lancement de Wallops, sur la côte de Virginie. En avril, un vaisseau russe automatique Progress a aussi été perdu à la suite d'un problème d'insertion en orbite. Le 3 juillet, un autre Progress a pu atteindre l'ISS où il s'est amarré pour livrer sa cargaison. Pour SpaceX, il s'agissait de la septième mission de ravitaillement de l'ISS effectuée pour le compte de la Nasa sur les 12 prévues dans le cadre d'un contrat de 1,6 milliard de dollars.

D. L. avec AFP