BFM Business

Ryanair investit les grands aéroports européens

Ryanair compte délaisser les petits aéroports.

Ryanair compte délaisser les petits aéroports. - -

La compagnie low cost compte ouvrir des lignes depuis les aéroports principaux de Rome et de Bruxelles. Un recentrage qui fait peur aux autres compagnies et aux petits aéroports.

Ryanair se recentre. La compagnie low cost a annoncé, ce mercredi 27 novembre, qu'elle allait couvrir dix destinations depuis l'aéroport Zaventem situé dans la proche périphérie de Bruxelles.

Jusqu'à présent, les passagers devaient aller jusqu'à Charleroi, à 50 kilomètres de la capitale belge. Mardi 26, la compagnie avait déjà annoncé qu'elle allait ouvrir des lignes à partir de l'aéroport de Fiumicino, à trente minutes du centre de Rome. Pour Ryanair, cette nouvelle stratégie passe visiblement par une présence plus centrale, pour réduire les temps de navette entre la ville et l'aéroport.

Selon le PDG de Ryanair, Michael O'Leary, les nouvelles lignes visent à la fois une "clientèle d'affaires" et familiale. La compagnie compte proposer des prix "deux fois moins chers que la concurrence". Les dix nouvelles lignes couvriront l'Espagne, l'Italie et le Portugal à partir de février 2014.

Ryanair sera donc en concurrence directe avec l'espagnol Vueling, qui vient d'annoncer l'ouverture de nouvelles lignes depuis la capitale belge en mai 2014. AlItalia est aussi visée. La compagnie italienne est en difficulté, et a refusé une offre de partenariat avec Ryanair.

Changement de stratégie après deux profit warnings

Les petits aéroports se montrent également inquiets de cette nouvelle stratégie. Le directeur de l'aéroport de Charleroi, André Antoine, a demandé à rencontrer Michael O'Leary.

L'année 2013 n'a pas été bonne pour le low-cost irlandais, qui, avec deux baisses de prévision des profits depuis le début de l'année, va probablement finir dans le rouge.

La compagnie se base aujourd'hui sur le modèle de son concurrent britannique, EasyJet, qui cherche à séduire le client quitte à augmenter les prix. Une stratégie qui a fonctionné, puisqu'EasyJet a enregistré des bénéfices records cette année.

J.S avec AFP