BFM Business

Panne à Montparnasse: le rapport de la SNCF publié jeudi ou vendredi

La SNCF publiera "jeudi ou vendredi" le rapport sur la panne en gare Montparnasse , a annoncé Guillaume Pepy.

La SNCF publiera "jeudi ou vendredi" le rapport sur la panne en gare Montparnasse , a annoncé Guillaume Pepy. - Bertrand Guay - AFP

Comme réclamé par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, la SNCF publiera un rapport sur l'incident intervenu ce week-end à la gare Montparnasse, a annoncé Guillaume Pepy.

La SNCF publiera "jeudi ou vendredi" le rapport sur la panne qui a fortement perturbé le trafic en gare Montparnasse pendant trois jours, a annoncé mercredi son président Guillaume Pepy, sur RTL. Le gouvernement avait demandé mardi au groupe ferroviaire de s'expliquer sur les perturbations et leurs répercussions et réclamé un rapport avant la fin de la semaine sur l'incident qui a touché 55.000 personnes au cours d'un week-end de chassé-croisé des vacanciers.

Guillaume Pepy a toutefois assuré qu'il n'avait "pas besoin" d'"apaiser" ses rapports avec le gouvernement. "Il y a eu une réunion de travail avec la ministre des Transports, avec le Premier ministre, ils souhaitaient d'abord faire le point et ils souhaitaient parler concrètement des actions", a poursuivi Guillaume Pepy.

Un coût "impossible" à évaluer

Le président de la compagnie publique a confirmé que mercredi matin tous les trains en gare Montparnasse étaient "partis ou arrivés à l'heure". Il a réitéré ses regrets aux voyageurs qui "ont vécu des moments difficiles". Il a en revanche jugé "impossible" d'évaluer "aujourd'hui" le coût pour la SNCF de ces 72 heures de pagaille, provoquées par un "défaut d'isolement" dans l'alimentation électrique d'un poste de signalisation à Vanves (Hauts-de-Seine), à la sortie sud-ouest de Paris.

Les voyageurs "ont deux mois pour faire valoir leurs droits", a poursuivi Guillaume Pepy, ajoutant que la SNCF avait "décidé des mesures exceptionnelles". En cas de "très grand retard" le remboursement est intégral et s'il est de trois heures, le remboursement est de 75%. Par ailleurs, si les passagers ont engagé des frais liés à cet incident, ils ont deux mois pour se faire rembourser ou indemniser, a-t-il ajouté. "On a été débordés je le reconnais", a-t-il poursuivi.

Parmi les premières leçons à tirer de cet incident, dont l'origine n'a été identifiée qu'au bout de deux jours d'investigations, il a préconisé pour SNCF Réseau d'"avoir des plans de continuité de service même en cas de très très gros pépin" et "pour SNCF Mobilité en charge de transporter les voyageur

N.G. avec AFP