BFM Business

Panne à la gare Montparnasse: le patron de la SNCF exprime ses "plus sincères regrets"

Guillaume Pépy, président de la SNCF.

Guillaume Pépy, président de la SNCF. - MEHDI FEDOUACH / AFP

Guillaume Pépy, président de la SNCF, a accordé un entretien à Ouest France ce mardi soir. Il a exprimé sa contrition à l'attention des usagers victimes de la panne géante qui a handicapé le trafic au départ et à l'arrivée de la gare de Montparnasse, à compter de dimanche.

A partir de dimanche, le trafic au départ et à l'arrivée de la gare Montparnasse à Paris a été profondément perturbé par une panne. Après une nuit de lundi à mardi passée en vérifications et identifications du problème, il est prévu que la circulation des trains revienne à la normale mercredi dans la journée. Ce mardi soir, Guillaume Pépy, président de la SNCF, est revenu sur l'ensemble de ces pénibles journées pour les usagers comme pour la société dans un entretien accordé à Ouest France.

Il a regretté la situation des passagers victimes de la panne de signalisation:

"Quelque 55 000 clients ont été touchés. Je tiens à leur exprimer mes plus sincères regrets. Lorsqu’on part en vacances, on s’attend à avoir le parcours le plus paisible possible. Ça n’a pas été le cas. Qui plus est, je reconnais que la SNCF n’a pas suffisamment informé les voyageurs sur les développements de l’incident."

Une panne due "à un défaut dans les travaux"

Confirmant que les trajets qui n'ont pu être effectués seraient remboursés intégralement, il en a dit plus long sur les autres formules de dédommagement qui seront mises en place: "Pour les retards dès 30 minutes, c’est 25 % du prix du billet qui est remboursé. En cas de très grand retard, excédant les quatre heures, là aussi, le remboursement intégral sera assuré."

La cause de la panne a donc été découverte au cours des vérifications lancées dans la nuit de lundi à mardi. Elle résidait dans un défaut d'isolement dans un poste de commandes d'aiguillage situé à Vanves (Hauts-de-Seine), près de Paris. Guillaume Pépy a alors développé: "Nous avions récemment procédé à l’extension de cet équipement dans le cadre de la mise en service des nouvelles lignes à grande vitesse vers Rennes et Bordeaux. Une montée en puissance était nécessaire afin d’assurer ces itinéraires. C’est un défaut dans les travaux qui est à l’origine de la panne. "

Robin Verner