BFM Business

NextEV, ce Chinois qui veut faire mieux et moins cher que Tesla

Les modèle grand public de NextEV seront présentés en 2017. En attendant, le constructeur chinois fait chauffer ses pneus sur les pistes du grand prix de Formule E avec Nelson Piquet Jr au volant.

Les modèle grand public de NextEV seront présentés en 2017. En attendant, le constructeur chinois fait chauffer ses pneus sur les pistes du grand prix de Formule E avec Nelson Piquet Jr au volant. - Kirill Kudryavtsev - AFP

Les Chinois n'ont pas l'intention de laisser Tesla devenir l’Apple de la voiture électrique. NextEV, un nouvel acteur du secteur, débauche des ingénieurs chez Ford et Cisco pour développer un véhicule capable de rivaliser avec le constructeur californien.

Le rythme s’accélère dans le tout jeune secteur de la voiture électrique. Largement dominé par l’américain Tesla, cette industrie se prépare pour 2020, année que tous les constructeurs considèrent comme celle du grand démarrage de ce marché pour l'instant balbutiant.

Et si les grands acteurs traditionnels de l’automobile veulent être sur la ligne de départ, de nouvelles firmes naissent pour prendre leur part d’un marché qui promet d’être titanesque. Après Faraday Future, cet Américain qui crée le buzz en Californie, c’est au tour des Chinois de dégainer. Et plus particulièrement de NextEV.

Cette entreprise basée à Shanghai est née en 2014. Elle a déjà recruté 400 salariés et levé 500 millions de dollars et compte lever, selon Bloomberg, 1 milliard en 2016. Son ambition? Devenir l’emblème de la voiture du futur pour devenir une alternative à Tesla en proposant des modèles plus sportifs que les Tesla, mais aussi moins chers.

Une écurie de Formule E et un site californien

Pour arriver à ses fins, cette entreprise créée par William Li ne lésine sur rien. Elle vient de s’offrir quelques pointures des nouvelles technologies et de l’automobile. Padmasree Warrior, ex-responsable de Cisco qui est aussi passée par Microsoft et Motorola, a été nommée à la tête du groupe. À peine arrivée, la nouvelle dirigeante a fait venir Martin Leach, ancien patron Europe de Ford.

Et pour le marketing, NextEV s’est lancé dans une stratégie sportive avec un modèle piloté par Nelson Picquet Jr et Olivier Turvey en Formule E, l’équivalent électrique de la Formule 1. La direction de cette écurie a été confiée à Martin Leach.

Et si plusieurs géants chinois, comme Tencent, supportent les ambitions de NextEV, des Américains font plus que scruter sa progression. Parmi ses investisseurs, Sequoia Capital, le fonds d’investissement américain qui a ouvert un bureau en Chine depuis déjà 10 ans.

Mais les ambitions de NextEV ne s’arrêtent pas aux marchés asiatiques. La jeune firme veut affronter Tesla dans son royaume. Comme le révèle le site Silicon Valley Business Journal, le groupe chinois cherche des locaux près de San Jose en Californie pour y bâtir une usine capable de lancer ses premiers modèles, non pas en 2020, mais en 2017. Une manière de faire un pied de nez à Tesla dont le siège est également à... San Jose.

Pascal Samama