BFM Business

Les taxis lyonnais manifesteront contre les VTC demain

En juin 2015, des centaines de taxis lyonnais avaient bloqué le centre ville lors d'une manifestation anti-Uber.

En juin 2015, des centaines de taxis lyonnais avaient bloqué le centre ville lors d'une manifestation anti-Uber. - PHILIPPE DESMAZES / AFP

Les taxis lyonnais organisent des manifestations pour protester contre la non-application de la loi Grandguillaume. Deux défilés sont prévus dont l'un depuis la gare Saint-Exupéry et des blocages sont à prévoir dans les gares.

Le conflit entre taxis et VTC s'est-il calmé? Oui, mais seulement en apparence car il redémarre à Lyon ce mardi. La FTI-69, association des taxis indépendants membre de la FNTI (fédération national des taxis indépendants), appelle ses membres à manifester le 15 mai au matin pour protester contre la non-application de la loi Grandguillaume. "Ce texte est bafoué", estime Abdellatif Grine, président de FTI-69, qui organise la manifestation et espère rassembler une grande partie des 1500 artisans lyonnais.

Pas de grève, mais deux défilés de taxis se rendront sur le pont Wilson vers 11 heures pour rencontrer le Préfet. L'un empruntera l'autoroute A7 pour s'y rendre, le second partira à 8h30 de l'aéroport Saint-Exupéry. Ces deux itinéraires pourront créer des difficultés de circulation. L'association signale à BFMBusiness qu'il faut s'attendre à "d'éventuels blocages à la Gare Part Dieu et à la gare TGV Saint-Exupéry".

Faire respecter la loi Grandguillaume

"Nous demandons l'intervention du préfet pour faire respecter la loi Grandguillaume", nous a précisé Abdellatif Grine, président de FTI-69. Ce responsable accuse les VTC d'emprunter "certains couloirs réservés aux services publics", de faire de la maraude ou de se rassembler sur "des stations sauvages" pour ne pas retourner à leur base entre deux courses.

Ce mouvement va-t-il rester localisé en Rhône-Alpes? "Nous discutons avec d'autres organisations pour créer un mouvement national", explique Abdelatif Grine qui relève que le projet de taxis amateur en zone rural commence à inquiéter les professionnels.

"Il y a des taxis dans toutes les communes de France et certains pourraient être en concurrence avec des non-professionnels? Si l'idée se concrétise, ça va conduire à un mouvement national", prévient le président de la FTI-69.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco