BFM Business

La Peugeot 5008 va être produite à l'usine de Rennes-La Janais

Une nouvelle Peugeot construite à Rennes

Une nouvelle Peugeot construite à Rennes - -

La remplaçante de la Peugeot 5008 sera produite à partir de mi-2016 dans l'usine de Rennes-La Janais, où PSA va investir 90 millions d'euros, a annoncé le groupe, au grand soulagement des syndicats du site touché par un plan social et la suppression de 1.400 postes.

L'usine de Rennes-La Janais est soulagée. La remplaçante de la Peugeot 5008 sera produite à partir de mi-2016 dans cette usine où PSA va investir 90 millions d'euros . L'annonce de ce nouveau véhicule a été faite mercredi matin par le directeur industriel de PSA, Denis Martin, venu à Rennes à l'occasion d'un comité d'établissement.

L'usine de La Janais s'attendait à assembler à partir de 2016 la remplaçante de la Citroën C5, un des deux véhicules produits en Ille-et-Vilaine avec la Peugeot 508. Cette question n'est plus à l'ordre du jour et c'est finalement la fabrication d'un véhicule 7 places, sur le segment C, la gamme moyenne, dont hérite La Janais, a indiqué Denis Martin lors d'un point de presse, sans toutefois dévoiler de quel type de véhicule - familial, monospace, SUV - il s'agissait.

Production en 2016

Le style du nouveau véhicule, dont le nom de code est lui aussi mystérieux, "est en cours de finalisation", a dit Denis Martin. Il sera construit sur une nouvelle plateforme modulaire PSA, baptisée EMP2.

La production doit débuter mi-2016 et ce véhicule, affecté au seul site de Rennes, sera commercialisé fin 2016.

Son volume de production s'élèvera à 70.000 véhicules par an envisagés dans une "première étape", a précisé Denis Martin. Ce dernier mise sur un "succès" du nouveau véhicule qui permettrait d'atteindre avec la 508 et la C5, un volume de production à La Janais de 120.000 unités par an, voire de 120.000 à 150.000 unités.

L'investissement lié à la production de ce nouveau véhicule, la remplaçante de l'actuelle Peugeot 5008, produite à Sochaux, est évalué à 90 millions d'euros.

Cette annonce intervient alors que le site de Rennes-La Janais est en plein plan social, avec à la clé quelque 1.400 suppressions de postes, en principe sur la base, d'ici la fin de l'année, de départs volontaires.

D. L. avec AFP