BFM Business

Carlos Tavares nommé au directoire de PSA

Carlos Tavares part seul de chez Renault

Carlos Tavares part seul de chez Renault - -

L'ex-numéro deux de Renault va succéder à Philippe Varin à la présidence du directoire en 2014, a annoncé la direction ce lundi 25 novembre. Un transfert qui, officiellement, n'inquiète pas Renault outre-mesure.

C'est le transfert de cette fin d'année. Carlos Tavares a été nommé au directoire de PSA, ce lundi 25 novembre. La direction du constructeur, qui a officialisé l'information, a par ailleurs confirmé que l'ex-numéro deux de Renault succèderait à Philippe Varin en 2014. 

"Le Conseil de Surveillance a choisi Carlos Tavares pour succéder à l'actuel Président du Directoire. Dans ce but, Carlos Tavares siègera au Directoire à compter du 1er janvier 2014 jusqu'à sa nomination à la Présidence du Directoire, dans le courant de l'année 2014", indique le constructeur automobile dans un communiqué.

Après 32 ans chez Renault et moins de quatre mois après son départ, l'ex-bras droit de Carlos Ghosn passe donc chez son concurrent direct.

Renault ne s'inquiète pas

Evidemment se pose une interrogation: ce transfert inquiète-t-il Renault? "Vous savez, on n'est pas dans le domaine des starts-up, une nouvelle voiture c'est trois ans de travail. Ne croyez pas que Carlos Tavares parte avec des secrets". Voilà comment le groupe balaie d'un revers de main les questions qui peuvent se poser.

Même si, en interne, on accuse le coup : "pas question qu'il vienne chez nous débaucher des cadres dirigeants, il part seul", déclare à BFM Business une source interne. D'autant que l'effondrement de PSA inquiète Renault, les deux entreprises ayant des sous-traitants communs qu'il ne faut pas fragiliser.

Enfin, la réputation de cost-killer impitoyable de Tavares amène ce commentaire chez Renault : "c'est une bonne nouvelle pour les actionnaires, pour les salariés, c'est autre chose".

Période de réserve

Avec ce transfert se pose également la question de la non-concurrence. Cette clause existe, mais elle varie selon les profils. En temps normal dans la métallurgie, elle est d'un an pour les cadres. 12 mois durant lesquels l'ancien salarié perçoit 50 % de son salaire mais a interdiction d'aller travailler chez un concurrent.

Pour les cadres dirigeants, tout est prévu dès la signature du contrat d'embauche. La clause de non-concurrences est souvent bien mieux rémunérée, mais aussi beaucoup plus courte.

Dans le cas de Carlos Tavares, ce qui est certain, c'est que depuis sa mise à l'écart de la direction de Renault à la fin de l'été pour avoir publiquement fait part de ses ambitions, il se voyait patron d'un groupe automobile.

A l'époque il avait clairement fait acte de candidatures chez GM et Ford. Depuis, il appartenait toujours aux effectifs du groupe. Et si son nom ressort actuellement pour codiriger PSA, c'est parce que la période de réserve qui le liait contractuellement à Renault a pris fin dernièrement.

BFMbusiness