BFM Business

L'héritier de Fiat a son idée pour négocier l'arrivée d'Apple et Google

Pour Lapo Elkann, l'héritier de la dynastie Agnelli, les constructeurs automobiles vont devoir s'allier avec les géants de la tech sous peine de disparaître.

Pour Lapo Elkann, l'héritier de la dynastie Agnelli, les constructeurs automobiles vont devoir s'allier avec les géants de la tech sous peine de disparaître. - Giuseppe Cacace - AFP

Alors que les géants de la tech américaine ont fait de l'automobile leur futur terrain de chasse, Lapo Elkann, petit-fils de Giovanni Agnelli (Fiat, Ferrari...) estime urgent de passer des alliances avec eux. Il conseille aux constructeurs auto de ne pas être arrogants face à ces mastodontes bien plus puissants qu'eux.

L'industrie automobile n'est pas sereine. Et ce n'est pas à cause des émissions polluantes et de l'affaire Volkswagen. Non, ce qui fait trembler les poids-lourds du secteur se nomme Apple et Google. On prête aux deux géants de la Silicon Valley de plus en plus d'ambitions dans l'automobile. Et quand on voit comment ils ont mis au pas les mastodontes des marchés sur lesquels ils se sont attaqués (informatique, téléphonie, industrie du divertissement...), on comprend la fébrilité des constructeurs automobiles.

D'autant qu'il y a urgence. A en croire Lapo Elkann, petit-fils de Giovanni Agnelli et héritier de l’empire (Fiat, Ferrari…), le séisme devrait survenir avant la fin de la décennie. "Je pense que d'ici 2018 à 2020, les règles changeront dans le secteur automobile, assure-t-il dans une interview au magazine économique suisse Bilan. Beaucoup de dirigeants de marques devront comprendre qu'ils devront entamer des processus d'intégration des nouvelles technologies dans les voitures. Il ne s'agit pas que de l'hybride ou des autres types d'automobile, mais des grands groupes comme Apple et Google. Ces géants travaillent dans cette direction et je pense que ceux qui sont à la tête des grands groupes automobile devront comprendre que le jeu en solo est terminé."

Faire preuve d'humilité sous peine de perdre des plumes

Le risque pour les fabricants automobiles? Etre transformés en sous-traitants des grandes marque de high-tech. Or ces derniers, selon Elkann, sont bien plus puissants qu'eux. "Les investissements que Google et Apple peuvent se permettre de faire sont gigantesques comparés à ceux de l'industrie automobile et les sommes d'argent qu'ils peuvent se permettre de perdre sont également beaucoup plus élevées." Autrement dit, ils sont mieux armés pour l'éventuelle guerre de tranchée qui s'annonce.

Pourtant, il n'y a pas lieu, selon lui, de baisser les bras. Les constructeurs doivent simplement en prendre conscience et nouer rapidement des alliances. "Dans le secteur automobile, les dirigeants devront faire preuve d'humilité plutôt que d'arrogance, assure-t-il. Les alliances se feront lorsqu'il y a convergence d'intérêts et pour que cela se produise, il faut être humble. Car il y aura non seulement des évolutions, mais des révolutions." Surtout ne pas les prendre de haut donc comme ont pu le faire en leur temps des entreprises comme Nokia dans la téléphonie par exemple. "Le monde change beaucoup plus rapidement qu'auparavant et ceux qui ne le comprennent pas vont perdre beaucoup de plumes", conclut Lapo Elkann.

Frédéric Bianchi