BFM Business

Gratuité des transports pour les enfants à Paris: une mesure "de pouvoir d'achat" défend la Ville

Emmanuel Grégoire sur BFM Paris.

Emmanuel Grégoire sur BFM Paris. - BFM Paris

La mairie de Paris a décidé de mettre en place plusieurs mesures de gratuité dans les transports, notamment pour les enfants. Invité de BFM Paris ce jeudi, Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo défend une mesure "de pouvoir d'achat" et appelle à une "approche régionale" des questions de gratuité.

A partir de septembre 2019, les petits Parisiens de moins de 11 ans pourront bénéficier de la gratuité des transports en commun. Dans une interview à Libération, Anne Hidalgo a annoncé une série de mesures à la suite d'un rapport qu'elle avait commandé sur la mobilité. Co-auteur de ce rapport, Emmanuel Grégoire, son premier adjoint se félicite sur BFM Paris de cette mesure.

"Nous priorisons deux cibles: la jeunesse et les familles. Ce sont des mesures de pouvoir d'achat immédiates", défend-il. 

La gratuité des transports publics sera aussi mise en oeuvre pour les Parisiens handicapés de moins de 20 ans. La Ville s'engage aussi à rembourser à hauteur de 50% le pass Imagine R des collégiens et lycéens parisiens (en complément des subventions de la Région). 

La gratuité pour tous rejetée

Ces mesures qui représentent 15 millions d'euros d'investissement sur une année pleine seront financés en 2019 par "des redéploiements, à hauteur de 5 millions d'euros" puis à partir de 2020 par les recettes d'un nouveau marché d'affichage publicitaire. 

La municipalité a toutefois rejeté la gratuité pour tous, qui était à l'étude, en partie pour des questions de coût.

"C'est écarté parce que c'est très cher à mettre en oeuvre et ce serait inutile et inefficace au regard des principaux objectifs: lutter contre la pollution en rendant beaucoup plus attractifs les transports en commun et améliorer le réseau (...). Ca ne renforcerait pas le renoncement à la voiture", explique Emmanuel Grégoire. 

Un appel à la Région pour adopter d'autres mesures

La Ville de Paris dans son rapport propose toutefois d'autres mesures complémentaires sur lesquelles l'Etat ou la Région (dont Valérie Pécresse est présidente) ont compétence. "Il y a des manques aujourd'hui assez criants en matière de gratuité" ajoute le bras droit d'Anne Hidalgo. Entre autres mesures, Paris suggère un remboursement intégral du Pass Navigo pour les salariés dont le salaire est inférieur ou égal à 1,5 fois le SMIC.

"Notre souhait, c'est plutôt de proposer à Valérie Pécresse, à IDF-Mobilités une approche régionale de ce sujet", insiste Emmanuel Grégoire. 

"IDFM n'est pas un tiroir-caisse", "la gratuité ça se paye", réagit dans Le Parisien l'entourage de Valérie Pécresse. 

En octobre dernier, un comité de réflexion sur la faisabilité de la gratuité des transports en commun lancé par la Région et IDF-Mobilités s'était prononcé contre la gratuité totale des transports. Le comité estimait notamment que "l'impact serait très négatif sur la qualité de service des transports". 

dossier :

Anne Hidalgo

Carole Blanchard avec BFM Paris