BFM Business

Ecotaxe: les télépéages veulent être indemnisés

Outre Ecomouv', les sociétés de télépéage veulent être indemnisées.

Outre Ecomouv', les sociétés de télépéage veulent être indemnisées. - Bertrand Langlois - AFP

Selon Les Echos ce 5 novembre, les sociétés de télépéage, qui ont investi elles aussi pour rendre possible la collecte de l'écotaxe, veulent être remboursées  après son abandon. La somme s'élèverait à 200 millions d'euros.

La facture de l'abandon de l'écotaxe est de plus en plus salée. En plus des 2 milliards d'euros de fonds publics engloutis, l'Etat pourrait devoir verser 200 millions d'euros supplémentaires.

Cette somme serviraient à indemniser les sociétés de télépéages qui ont participé à la mise en place des outils de collecte de la taxe transit poids-lourd.

Au côté d'Ecomouv', les six sociétés habilitées au télépéage (Axxes, DKV, Eurotoll, Ressa, Telepass et Total) étaient mobilisées depuis plusieurs années pour assurer la mise en place de l'écotaxe, explique Les Echos ce 5 novembre.

600.000 badges à 150 euros pièce

Ces sociétés ont pour spécialité de fournir aux entreprises de transport des abonnements pour qu'elles perdent moins de temps aux péages. En vue de l'entrée en vigueur de l'écotaxe, elles ont équipé les poids lourds en badge qui devaient permettre leur géolocalisation et donc la facturation de la taxe.

Elles ont fourni ces équipements en investissant leurs propres fonds, raconte Les Echos. En tout, 600.000 badges à elle six, à 150 euros pièce. S'y ajoutent la mise à jour du système informatique, le budget communication et celui consacré à l'embauche temporaire de personnel pour gérer le surplus d'activité. Tout cela leur aurait coûté 200 millions d'euros.

Elles veulent donc obtenir réparation pour ces investissements rendus inutiles. Elles réclament donc "l'engagement d'un dialogue visant à un accord leur permettant de pérenniser leurs activités". 

N.G.