BFM Business

2017, une "année record" pour la SNCF selon son PDG

La fréquentation de la SNCF en hausse en 2017

La fréquentation de la SNCF en hausse en 2017 - JACQUES DEMARTHON / AFP

L'entreprise publique a enregistré une spectaculaire hausse de la fréquentation en 2017. La régularité reste toutefois à améliorer.

Malgré les dysfonctionnements du mois de décembre et après plusieurs années de baisse, la tendance s'est inversée. En 2017, la SNCF a transporté 82 millions de passagers de plus par rapport à l'année précédente, dont 10 millions dans les TGV. Au total, le nombre de voyageurs a dépassé 1,7 milliard.

À cet égard, le président de la SNCF Guillaume Pepy a estimé lundi que 2017 avait été "une année record" pour son groupe en dépit des incidents qui ont paralysé des gares parisiennes en décembre, grâce notamment à un spectaculaire rebond de la fréquentation.

"D'ores et déjà, les résultats de 2017 s'annoncent comme les meilleurs depuis de nombreuses années", a déclaré Guillaume Pepy à des journalistes. "Le mois de décembre a été difficile, ça c'est clair, mais l'année est une année record! [...] "Cela tient au retour en force du train, bien au-delà de ce qu'on avait prévu", a-t-il dit, notamment parce que "tout ce qui concerne le TGV a cartonné en 2017", mais aussi parce que le trafic TER "a été au-delà des objectifs".

La fréquentation au plus haut depuis cinq ans

Le nombre de voyageurs est le meilleur depuis 2012, en particulier grâce "à de nombreux produits qui ont cartonné", selon lui. Dans le détail, la fréquentation a progressé de 10% dans les TGV (+10 millions de voyageurs à 110 millions, grâce notamment au service à petits prix OuiGo et à l'accélération des trajets vers l'Aquitaine et la Bretagne), de 8% dans les Intercités (+2 millions à 26,6 millions) et de 4,6% dans les TER (+6 millions à 336 millions).

Dans la région parisienne, le Transilien (train de banlieues et RER) a transporté 1,26 milliard de personnes sur l'année (+3,2%). La fréquentation a ainsi progressé de 10% dans les TGV, de 8% dans les Intercités, de 4,6% dans les TER, et de 3,2% dans la région parisienne. Guillaume Pepy a aussi noté les bonnes performances de la filiale de transports en commun Keolis et de celle qui gère les gares, Gares & Connexions, "avec de nouveaux commerces, et enfin "de bonnes opérations immobilières".

Dans les filiales du groupe, les cars Ouibus ont transporté 4,3 millions de voyageurs en 2017 (+43% sur un an), le service espérant être rentable à partir de 2019.

La régularité à revoir

Côté régularité, les performances de 2017 sont plutôt médiocres: -1 point pour les TGV à 88,7% de trains considérés à l'heure, -0,9 point pour les Intercités à 87%, +0,3 point pour les TER à 90,5% et -1,1 point à 88,4% pour le Transilien (la SNCF considère qu'un train est à l'heure s'il a moins de 5 minutes de retard pour un trajet inférieur à 1 heure 30, de 10 minutes pour un trajet de 1 heure 30 à 3 heures et de 15 minutes pour un trajet supérieur à 3 heures).

Quelque 4,5 millions de trains de voyageurs ont circulé sur l'année, un chiffre en hausse de 1,3%. L'Ile-de-France concentre 40% des circulations et 70% du trafic voyageur national, sur 10% du réseau. Côté sécurité, et en dépit notamment de l'accident du passage à niveau de Millas (Pyrénées-Orientales) qui a fait 6 morts le 14 décembre, la SNCF ne déplore aucune victime en 2017 parmi ses clients.

2018, une "année charnière"

Le patron de la SNCF estime que 2018 sera "une année charnière pour le système ferroviaire français", avec la "réforme systémique" voulue par l'État, et qui doit être annoncée au printemps. Il donne la priorité cette année à la sécurité, à la robustesse du réseau malgré les très nombreux travaux en cours, et à l'information aux voyageurs, annonçant "une année 200% client".

Les voyageurs verront surtout de nouveaux trains en Ile-de-France et en région, davantage de portes d'embarquements pour accéder aux quais, et "enfin le NFC", c'est-à-dire le paiement sans contact avec un smartphone qui sera d'abord lancé en Ile-de-France et à Rennes.

La SNCF entend aussi faire circuler deux fois plus de TGV à bas coût OuiGo -pour passer de 7 à 13 ou 14 millions de passagers-, y compris au départ de nouvelles gares parisiennes, a priori Est et Lyon (après Montparnasse en décembre). Elle va aussi lancer une nouvelle application mobile qui proposera aux usagers de signaler un incident ou une perturbation, et de prévenir les autres voyageurs. En outre, les clients pourront noter la qualité du service à bord, a relevé Guillaume Pepy.

SNCF Réseau a investi 5,2 milliards d'euros dans la maintenance et la rénovation des lignes de chemin de fer françaises, dont l'âge moyen est de 33 ans (contre 17 ans en Allemagne par exemple). Le contrat de performance signé en avril avec l'Etat prévoit d'injecter 46 milliards en dix ans.

P.L avec AFP