BFM Business

SNCF: Guillaume Pepy s'explique sur les incidents à répétition

Invité de BFMTV et RMC, le PDG de la compagnie a indiqué qu'il n'envisageait pas de démissionner, et a pointé du doigt le retard pris dans les investissements.

Alors que la SNCF a récemment dû faire face à de nombreuses critiques, notamment en raison de la multiplication d'incidents lors de la période des fêtes, son PDG Guillaume Pepy apparaît fragilisé.

Invité de BFMTV et RMC ce mardi, le dirigeant a assuré n’avoir jamais pensé à remettre sa démission. "J ai un mandat, il court jusqu’en 2020, et j’irai à son terme si le gouvernement le veut", a-t-il déclaré.

"Oui, il y a eu au mois de décembre beaucoup d’incidents", a-t-il reconnu. "Mais ils ne doivent pas remettre en cause la confiance des usagers dans le train".

135 trains neufs en 2018

Selon le PDG, ces incidents sont "largement dus à un retard sur les investissements dans le réseau classique". "La bonne nouvelle", c’est qu’en 2018, SNCF Réseau bénéficiera de "crédits jamais atteints pour la maintenance et la modernisation", pour un total de 5,2 milliards d’euros.

Parmi les projets qui devraient aboutir en 2018, Guillaume Pepy a cité "l'arrivée de 135 trains neufs", ou encore la mise en place de "portails anti-fraude".

Le dirigeant a également évoqué le doublement du nombre de trains OuiGo, la version low-cost du TGV. Ces derniers partiront bientôt de plusieurs gares parisiennes: outre la gare Montparnasse, "probablement la gare de Lyon et la gare de l'Est", seront concernées.

Y.D.