BFM Business

Xerox pose un ultimatum à HP pour accepter son OPA

HP Envy 13

HP Envy 13 - Lionel Morillon - 01net.com

Le géant des photocopieurs laisse jusqu'à lundi à HP pour accepter son offre à 33 milliards de dollars, faute de quoi il s'adressera directement aux actionnaires.

Le changement de ton est brutal. L'offre "amicale" de Xerox pour racheter HP, déclinée par ce dernier car jugeant le prix pas assez élevé, se transforme désormais en ultimatum. Le géant des photocopieurs a donné jusqu'à lundi à son compatriote pour accepter sa proposition à 33 milliards de dollars.

Faute de quoi, il s'adressera "directement" aux actionnaires d'HP. Une manoeuvre agressive habituelle chez l'investisseur activiste Carl Icahn, devenu premier actionnaire de Xerox, qui a mis en place sa transformation stratégique et entend valoriser son actif. Rappelons que le raider est également actionnaire de HP.

"Le conseil d'administration de Xerox est déterminé à mener à bien le projet d'acquisition de HP - nous ne voyons aucune raison de retarder encore cette opération", écrit le directeur général de Xerox, John Visentin, dans une lettre adressée à la direction d'HP.

Une offre "sous-évaluée"

"Par conséquent, à moins que nous ne nous mettions d'accord sur une fusion amicale avant 17 heures (heure de New York) le lundi 25 novembre 2019, Xerox s'adressera directement à vos actionnaires pour les convaincre du bien-fondé de l'opération", ajoute le dirigeant. Il termine sa missive en disant attendre "avec impatience une réponse rapide de votre part".

Le 17 novembre, HP avait rejeté l'offre d'achat de Xerox. Dans une lettre envoyée au PDG de Xerox, le conseil d'administration souligne avoir "conclu à l'unanimité" que l'offre, libellée en actions et en numéraire, sous-valorise "significativement" HP et n'est pas dans le meilleur intérêt de ses actionnaires.

Pour parvenir à cette conclusion, le conseil explique avoir pris en compte, en particulier, l'impact potentiel des niveaux d'endettement importants sur l'action de l'entité combinée. En outre, il pointe du doigt la baisse du chiffre d'affaires de Xerox qui est passé de 10,2 à 9,2 milliards de dollars sur douze mois depuis juin 2018, "ce qui nous pose des questions importantes quant à la trajectoire de votre entreprise et à ses perspectives futures", poursuit HP.

HP sur le déclin

Xerox proposait aux actionnaires de HP 22 dollars par titre, un montant se décomposant en 17 dollars en numéraire et 0,137 action Xerox. Aux termes de cette proposition, les actionnaires de HP auraient détenu 48% de l'entité fusionnée.

Reste que HP n'a pas définitivement fermé la porte et reconnaît "les avantages potentiels de la consolidation". "Nous sommes ouverts à la possibilité de créer de la valeur pour les actionnaires de HP grâce à une éventuelle combinaison avec Xerox", explique-t-il également. Un clair appel du pied pour que Xerox améliore son offre.

Sur le papier HP a une valorisation trois fois plus élevée que son compatriote (27 milliards de dollars contre 8) et un chiffre d'affaires six fois plus important. Mais le groupe, issu de la scission de HP en deux entités PC et imprimantes (HP Inc, la cible de Xerox) et Entreprises (HPE) est aujourd'hui dans une passe délicate avec des activités historiques (PC et imprimantes) en déclin.

De quoi forcer la firme à multiplier les suppressions de postes (jusqu'à 9000 sur trois ans dans la dernière fournée).

Olivier Chicheportiche avec AFP