BFM Business

Xerox renonce à son accord de fusion avec Fujifilm

L'entreprise américaine n'a pas résisté à la pression des puissants actionnaires qui s'opposaient à cet accord.

Xerox cède. Le groupe américain de reprographie a annoncé dimanche qu'il annulait son accord de fusion avec le japonais Fujifilm, après une lutte avec des actionnaires puissants qui s'y opposaient.

Xerox, qui a annoncé aussi la démission de son PDG Jeff Jacobson, s'engage désormais à examiner en accord avec ces actionnaires, Carl Icahn et Darwin Deason, des "alternatives stratégiques", écrit le groupe américain, qui avait annoncé en janvier vouloir se fondre dans la société commune Fuji Xerox, déjà existante, passant de fait sous le contrôle du groupe japonais.

Fujifilm conteste

De son côté, le groupe japonais Fujifilm a réfuté lundi le droit de son partenaire Xerox d'interrompre le processus de fusion entre les deux, une décision annoncée quelques heures plus tôt par l'américain.

"Fujifilm conteste la décision unilatérale de Xerox de mettre fin à la transaction. Nous ne croyons pas que Xerox ait le droit légal de résilier notre accord et nous examinons toutes les options disponibles, y compris une action en justice pour demander des dommages et intérêts", a écrit le groupe nippon.

Puis il ajoute regretter le fait que Xerox prive ses actionnaires de la possibilité de s'exprimer pour ou contre cette fusion, déplorant qu'une part minoritaire du conseil d'administration "détenant seulement 16% des actions en circulation" fasse sa loi. "Fujifilm exhortera le conseil d'administration de Xerox à reconsidérer sa décision", a indiqué le groupe japonais.

P.L avec AFP