BFM Business

Méga-fusion: HP confirme avoir reçu une proposition de Xerox qui a des cartes en main

Fujifilm a contesté le droit de Xerox d'interrompre leur fusion

Fujifilm a contesté le droit de Xerox d'interrompre leur fusion - AFP

Tout en affirmant sa confiance dans sa stratégie, HP évoque des discussions avec Xerox et l'envoi d'une proposition pour un "éventuel regroupement".

Les rumeurs étaient fondées. Il y a deux jours, le Wall Street Journal affirmait que Xerox souhaitait avaler HP dans le cadre d'une transaction en cash et en actions pouvant dépasser les 27 milliards de dollars.

Après avoir refusé de commenter des "spéculations de marché", HP a fini par reconnaître l'existence de ces discussions et même d'une offre en bon et due forme.

Dans une déclaration, le géant américain indique: "Comme indiqué lors de la dernière réunion de HP avec des analystes, nous avons une grande confiance dans notre stratégie pluriannuelle et dans notre capacité à positionner la société pour qu’elle continue de prospérer dans un secteur en évolution, en particulier compte tenu des multiples leviers disponibles pour générer de la valeur. Dans ce contexte, nous avons eu de temps en temps des discussions avec Xerox Holdings Corporation au sujet d’un éventuel regroupement d’entreprises. Nous avons envisagé, entre autres, ce qui serait nécessaire pour justifier une transaction. Plus récemment, nous avons reçu une proposition. Nous avons l’habitude d’agir lorsqu’il s’agit de la meilleure voie à suivre (...) et en donnant la priorité à ce qui est dans le meilleur intérêt de tous nos actionnaires".

Carl Icahn à la manoeuvre

Ce projet de méga-fusion fait beaucoup parler car il s'agirait d'un rachat réalisé par un "petit" sur un très gros. Ce n'est certes pas la première fois mais sur le papier HP a une valorisation trois fois plus élevée que son compatriote (27 milliards de dollars contre 8) et un chiffre d'affaires six fois plus important. 

Mais le groupe, issu de la scission de HP en deux entités PC et imprimantes (HP Inc, la cible de Xerox) et Entreprises (HPE) est aujourd'hui dans une passe délicate avec des activités historiques en déclin: les PC se vendent de moins en moins et l'impression fait de moins en moins recette. De quoi forcer la firme à multiplier les suppressions de postes (jusqu'à 9000 sur trois ans dans la dernière fournée).

A contrario, repris par la main de fer de Carl Icahn, le spécialiste des photocopieurs Xerox fondé en 1906 s'est débarrassé, sous sa pression, de sa co-entreprise montée avec Fuji (et récupère plus de 2 milliards de dollars par la même occasion) et s'est mis en ordre de marche à travers un plan triennal salué par les investisseurs. Son cours de bourse a quasiment doublé sur l'année tandis que celui d'HP retrouve ses niveaux de début d'année à la faveur de ces rumeurs de fusion. Xerox aurait également le soutien d'une grande banque pour mener à bien son projet.

Reste que lui aussi subit le ralentissement de son activité, le papier disparaissant de plus en plus des entreprises et n'est que le pâle reflet de sa splendeur passée.

Une fusion défensive, oui. Mais avec un Carl Icahn qui renonce rarement et qui sait convaincre les actionnaires, l'ambition de Xerox apparaît tout de suite moins improbable.

Olivier Chicheportiche