BFM Business

SFR: Numericable financera le rachat entièrement par de la dette

Patrick Drahi (à doite) rachète SFR sans débourser un euro de cash

Patrick Drahi (à doite) rachète SFR sans débourser un euro de cash - -

Numericable finance le rachat de l'opérateur mobile par de la dette levée soit au niveau du câblo-opérateur, soit un niveau de son actionnaire Altice.

C'est la magie de la finance moderne. Patrick Drahi, le président d'Altice, met la main sur SFR sans débourser un euro de cash.

En effet, le montage mis en place par le roi du câble se fait quasi-exclusivement par endettement, avec de la dette au niveau de Numericable, plus de la dette à l'étage supérieur, celui d'Altice (principal actionnaire de Numericable). Explications.

Dette à tous les étages

Rappelons que Numericable va faire un chèque de 13,5 milliards d'euros à Vivendi pour racheter SFR. Une somme que le câblo-opérateur n'a pas en caisse, et de loin: sa trésorerie s'élève à 101 millions d'euros à fin 2013...

L'essentiel de cette somme sera réunie en levant 11,64 milliards d'euros de dette: 2,6 milliards de refinancement de la dette existante de Numericable, plus 9 milliards de dette supplémentaire.

Reste donc à apporter 4,7 milliards d'euros à Vivendi. Apparement, c'est du "vrai" argent: la somme va être réunie en émettant des nouvelles actions Numericable. Cette augmentation de capital sera souscrite par Altice à la hauteur de sa participation dans Numericable, soit 74,6%.

Là encore, Altice n'a pas cettte somme en caisse: sa trésorerie (après cotation et rachat d'Orange Dominicana mais hors Numericable) s'élève à 198 millions d'euros. Altice va donc lever aussi de la dette: 4,15 milliards d'euros.

Un peu de vrai argent

Toutefois, il est possible qu'Altice débourse quand même un peu de vrai argent. En effet, Altice va parallèlement monter au capital de Numericable, en rachetant les 34,6% détenus par les fonds Cinven et Carlyle.

Altice paiera cela pour moitié en actions, et pour moitié en cash, soit 530 millions d'euros à débourser. Cette partie cash pourra être réunie en émettant "potentiellement" des nouvelles actions Altice. Patrick Drahi, principal actionnaire d'Altice, a expliqué lundi: "si cette augmentation de capital d'Altice a lieu, j'y participerai probablement. Mais cette augmentation de capital d'Altice ne sera pas forcément nécessaire, car Altice a jusqu'à janvier 2015 pour payer Cinven et Carlyle".

En clair, cet argent pourrait aussi être trouvé, non point en émettant des actions Altice, mais en levant encore de la dette au niveau d'Altice...

Très lourde dette

En tous cas, ce montage aboutit à une lourde pile de dettes. "Altice supportera une dette de 19 à 19,5 milliards d'eurois, soit 4,6 fois son excédent brut d'exploitation", a expliqué lundi le directeur général Dexter Goei.

Patrick Drahi a ajouté: "ce ratio de 4,6 est dans la moyenne du câble, et inférieur à celui supporté par le câblo-opérateur américian Liberty Global. Et le désendettement sera très rapide".

Et le roi du câble a conclu: "SFR est racheté pour 15,5 milliards d'euros. Sur cette somme, seulement 8,7 milliards sont apportés par de la dette, soit 53%, et le reste en capital".

Le titre de l'encadré ici

|||Le nouvel actionnariat

SFR Numericable
Altice: 60%
Vivendi: 20%
Flottant en bourse: 20%

Altice
Next LP (Patrick Drahi): 62%
Penta LP (dirigeants): 4%
Carlyle & Cinven (fonds): 10%
Flottant en bourse: 24%

Source: Altice

Le titre de l'encadré ici

|||Chiffres clés (en millions d'euros, à fin 2013)

Excédent brut d'exploitation en 2013
SFR: 2.766
Altice: 1.360
dont Numericable: 616

Trésorerie (après cotation)
Altice: 299
dont Numericable: 101

Dette nette d'Altice (après le rachat de SFR)
SFR Numericable: 11.640
dette existante: 3.509
nouvelle dette: 4.150
Total: 19.049

Source: Altice

Jamal Henni