BFM Business

Numericable obtient le feu vert pour racheter SFR

Le rachat de SFR par Numericable (dirigé par Patrick Drahi) devrait être finalisé sous peu

Le rachat de SFR par Numericable (dirigé par Patrick Drahi) devrait être finalisé sous peu - Fred Dufour-AFP

Le gendarme de la concurrence a autorisé lundi 27 octobre le rachat de SFR par Numericable en imposant quatre conditions, dont l'ouverture de son réseau câblé aux concurrents.

Enfin! Après cinq mois de bras de fer, l'Autorité de la concurrence a finalement donné lundi 27 octobre son feu vert au rachat de SFR par Numericable. C'était le dernier obstacle avant de boucler le rachat, qui devrait être finalisé d'ici un mois.

Certes, un rachat de SFR par Numericable pose bien moins de problèmes de concurrence qu'un rachat par Bouygues -c'est d'ailleurs pour cela que le câblo-opérateur a finalement été choisi.

Néanmoins, ce rachat soulevait quand même des difficultés dans quatre domaines, que le gendarme de la concurrence estime avoir résolus. Revue de détail.

1-Le mobile à la Réunion

A la Réunion et Mayotte, le rachat réduit le nombre d'opérateurs mobiles de trois à deux. En effet, SFR comme Numéricable détiennent chacun un réseau mobile dans ces territoires. Le nouvel ensemble détient 66% du marché à la Réunion et 90% à Mayotte.

Pour résoudre le problème, le réseau mobile de Numericable dans les deux îles devra être revendu, avec ses boutiques. L'acquéreur sera sélectionné par Numericable, mais devra être approuvé par le gendarme de la concurrence. Numericable fixera notamment un prix minimal, mais qui sera abandonné si personne n'est prêt à le payer. "Nous ne voulons pas d'un alibi. Tous les candidats devront pouvoir déposer des offres. Le processus de cession devra être transparent et non discriminatoire. Nous voulons que l'acquéreur soit solide financièrement, anime une vraie concurrence, et soit totalement indépendant de Numericable", a expliqué le président de l'Autorité Bruno Lasserre, précisant que des acquéreurs potentiels se sont déjà manifestés.

2-Le marché entreprises

SFR détient 12% du marché professionnel, et Numericable (via sa filiale Completel) 7%, selon les propres estimations du câblo-opérateur. Pour tempérer la réduction de concurrence sur ce marché, le gendarme de la concurrence a imposé la revente du réseau DSL de Completel, qui devait initialement être fermé.Ce réseau DSL -le quatrième du pays- est utilisé par Completel pour relier 80.000 sites d'entreprises non raccordés par le câble ou la fibre optique.

3-La participation de Vivendi

Vivendi, ancien propriétaire de SFR, va conserver 20% du nouvel ensemble, ainsi que plusieurs sièges au conseil d'administration. Mais il détient aussi Canal Plus, concurrent de Numericable sur le marché de la télévision payante. Pour éviter toute concertation, une muraille de Chine sera instaurée concernant la communication d'"informations commerciales stratégiques". Mais Vivendi pourra garder ses postes d'administrateur.

4-La régulation du câble

Numericable "bénéficie d'une avance significative sur le très haut débit, et le risque identifié est que Numericable préempte cette clientèle", pointe le gendarme de la concurrence dans son communiqué.

Précisément, Numericable propose du très haut débit avec son réseau câblé, et n'a donc aucun intérêt au déploiement de la fibre optique. Tandis que SFR déployait son propre réseau de fibre optique, et avait même conclu des accords de co-déploiement avec Orange et Bouygues Télécom. Numericable ne pourra donc pas utiliser ces accords pour retarder le déploiement de fibre par Orange ou Bouygues.

Par ailleurs, Numericable louait son réseau câblé en gros à d'autres opérateurs (Bouygues Télécom, Auchan, Darty) voulant proposer du très haut débit. Cette location devra se poursuivre, et son tarif sera désormais régulé durant une période de 5 ans renouvelable une fois. Précisément, le prix de location proposé aux autres opérateurs devra être agréé par le gendarme de la concurrence. Ce prix devra permettre aux autres opérateurs de proposer un tarif de détail identique à ce lui de Numericable, voire moins cher (effet de ciseau).

"C'est une première en Europe", selon Bruno Lasserre, qui n'a toutefois pas imposé que cette location se fasse à prix coûtant, ce que le gendarme des télécoms impose à Orange dans d'autres cas.

Jamal Henni