BFM Business

Le Chinois Huawei a vendu 32 millions de smartphones en 2012

Huawei veut se faire connaître à l'international et concurrencer Apple et Samsung.

Huawei veut se faire connaître à l'international et concurrencer Apple et Samsung. - -

Le fabricant de smartphone chinois produit des appareils haut de gamme à un prix inférieur à ceux de Samsung et Apple, dont il se veut un concurrent. Problème: il est inconnu à l'international.

Vous connaissez Apple, vous connaissez Samsung. Mais connaissez-vous Huawei? Ce fabricant chinois de smartphones, encore peu connu en France, s'est lancé à la conquête du monde, avec des appareils haut de gamme vendus à des prix très agressifs.

Malgré un nom quasi imprononçable pour les Occidentaux, Huawei se pose en rival très sérieux des leaders actuels du marché. Depuis son siège de Shenzhen, la Silicon Valley chinoise, le groupe a lancé son offensive il y a trois ans. Sans aucun complexe.

Oubliez les clichés sur les Chinois et le low cost. Huawei conçoit des design soignés, propose des écrans confortables, et a conçu le smartphone le plus fin du monde, avec ses six millimètres d'épaisseur.

Symbole de la croissance chinoise

Pas facile, néanmoins, de se faire une place au soleil quand le logo sur la coque ne dit rien à personne. "La notoriété, c'est le nerf de la guerre", reconnaît Roland Sladek, responsable des relations extérieures chez Huawei.

Devenir une marque reconnue par les consommateurs à travers la planète est un sacré défi, explique-t-il. Surtout quand on sait que "94% des consommateurs américains sont incapables de citer un seul nom de marque chinoise" !

Mais Huawei a un atout dans sa manche: ses prix, deux fois moins chers que les iPhones d'Apple ou les Galaxy de Samsung. Du haut de gamme à bas coût, une recette gagnante: l'an dernier, le groupe a vendu 32 millions de smartphones à travers le monde en 2012.

Tout comme la ville de Shenzhen, qui était encore un village de pêcheurs il y a moins de trente ans, Huawei est un symbole parfait de la croissance chinoise: rapide et implacable. Aujourd'hui, cette marque inconnue du grand public vend plus de smartphone que BlackBerry par exemple. Mais ses ambitions vont au-delà: il veut entrer dans le top 3 du secteur d'ici cinq ans.

Anthony Morel et David Couloume envoyés spéciaux à Shenzhen