BFM Business

Heure de vérité pour les tablettes Microsoft

Microsoft sort une nouvelle tablette

Microsoft sort une nouvelle tablette - -

Ce lundi 23 septembre, Microsoft présente sa nouvelle tablette. Il n'a pas le droit à l'erreur: la Surface, sortie l'an dernier, a été un échec.

Microsoft tente un come-back sur le marché des tablettes. Un an après son entrée ratée sur ce créneau avec la Surface, le groupe informatique présente, ce lundi 23 septembre, un nouveau modèle. Et Microsoft apprend de ses erreurs.

La première version "n'était pas un appareil complet" et ne fonctionnait pas avec beaucoup d'applications Windows, tandis que la version plus haut de gamme Surface Pro sortie quelques mois plus tard "était très chère et la durée de vie de la batterie était plutôt faible", résume Jack Gold, président de la société de recherche J. Gold Associates.

La Surface, commercialisée fin octobre 2012, est l'une des tablettes les plus grandes actuellement sur le marché: elle affiche 10,6 pouces (26,9 centimètres) de diagonale, contre 9,7 pouces (24,6 centimètres) pour l'iPad classique et 7 (17,8 centimètres) pour nombre de petites tablettes.

Elle est aussi nettement plus chère que ses rivales: les modèles de base avaient été lancés à 499 dollars. Et pour un modèle Pro et sa couverture spécifique avec clavier intégré permettant d'en faire l'équivalent d'un ordinateur portable, il fallait débourser plus de 1.000 dollars, davantage que pour le plus coûteux des iPad.

Mi-tablette mi-PC

Microsoft a déjà baissé ses prix cet été, jusqu'à 30% pour la version de base. Cela s'est traduit par une charge de 900 millions de dollars dans ses derniers comptes trimestriels, davantage que les revenus totaux rapportés par l'appareil en un an, chiffrés par le groupe à seulement 853 millions.

Ce dernier n'a pas divulgué le nombre de tablettes qu'il a vendues. Le cabinet de recherche IDC les a estimé à 900.000 à peine au premier trimestre 2013, et trois fois moins au deuxième. A titre de comparaison, Apple a écoulé sur les mêmes périodes respectivement 19,5 et 14,6 millions d'iPad.

Des analystes jugent que la stratégie de Microsoft est devenue trop confuse: pour mieux rivaliser avec Apple et Google, le groupe tente de se renforcer dans les appareils et les services et de rattraper son retard dans le mobile.

Mais parallèlement, il veut toujours satisfaire les centaines de millions d'utilisateurs de PC utilisant son système d'exploitation Windows. L'ambiguïté se retrouve dans Windows 8, qui ne choisit pas entre tablette et PC.

Diane Lacaze & AFP