BFM Business

Franck Cadoret (SFR): "les prix du mobile devraient augmenter de nouveau"

Franck Cadoret, le directeur exécutif de SFR, était l'invité de 01netTV, mercredi 23 avril.

Franck Cadoret, le directeur exécutif de SFR, était l'invité de 01netTV, mercredi 23 avril. - -

Invité de 01netTV, mercredi 23 avril, le directeur général exécutif de SFR a livré son sentiment sur l'avenir du secteur mobile. Selon lui, il subsiste un opérateur de trop en France.

Si les clients de SFR ont dû suivre d'un oeil inquiet le feuilleton ayant abouti au rachat de l'opérateur par Numericable, leurs craintes seront peut-être dissipées. C'est en tout cas le but poursuivi par Franck Cadoret, le directeur général exécutif de la désormais ex-filiale de Vivendi, invité du "Grand Talk" de 01netTV ce mercredi 23 avril.

Selon lui, "les abonnés SFR vont bénéficier de services sur le fixe". Tandis que les abonnés de Numericable, eux, profiteront d'offres sur le mobile.

Autre avantage: la mutualisation des investissements, notamment en ce qui concerne les services dédiés à internet. Elle pourrait permettre de passer de 1,5 million de prises câble et cuivre (pour l'ADSL) à 7,5 millions de prises, lors des prochains mois. Ce qui placerait le nouvel acteur en position de force, devant l'opérateur historique Orange.

Un opérateur de trop

Mais la victoire de Numericable face à Bouygues Telecom aura tout de même des conséquences dans le secteur du mobile, selon Franck Cadoret. Car la présence de quatre opérateurs sur le marché, si elle a pour effet de faire baisser les prix, ne pourra pas durer éternellement. "Les offres à 2, 10 ou 20 euros, on en trouve nulle part ailleurs dans le monde alors que notre pays est pourtant difficile à couvrir en raison de la géographie. Les opérateurs se trouvent face à un mur d’investissements", estime-t-il ainsi.

Du coup, les tarifs devraient baisser encore un peu, "mais ils devraient augmenter à nouveau", selon le dirigeant via le déploiement de services supplémentaires. En outre, une prochaine fusion entre deux opérateurs ne serait pas insensée: "je pense que ce rapprochement en appellera d’autres. Comme Orange ne peut se marier sinon il se retrouverait en abus de position dominante, je vous laisse deviner quels sont les acteurs restants qui pourraient s’unir". Transmis à Xavier Niel, le patron de Free, et à Martin Bouygues.

Y. D.