BFM Business

Connecter toute la planète à Internet: le nouveau projet fou d'Elon Musk

Elon Musk veut créer un réseau internet mondial via une constellation de 12.000 satellites. La mission Starlink va démarrer ce samedi 17 février.

Elon Musk veut créer un réseau internet mondial via une constellation de 12.000 satellites. La mission Starlink va démarrer ce samedi 17 février. - Ho - SpaceX - AFP

Elon Musk lance ce samedi les deux premiers satellites d'une constellation qui atteindra 12.000 appareils en 2024. Il s'agit de créer un réseau internet accessible de n'importe quel point du globe. Un accès gratuit pour les plus pauvres.

Elon Musk en fait-il trop? Peut-être, mais il tient généralement ses promesses. Ce samedi 17 février, débute la mission Starlink. Le patron de Space X va envoyer les deux premiers satellites d’une constellation qui en comprendra 12.000. Objectif: Offrir un accès à Internet depuis n'importe quel endroit de la planète d’ici 2024, l'année où doit également débuter le démarrage de sa mission Mars. 4425 satellites seront mis en orbite à une altitude d’environ 1300 km et 7500 graviteront à 500 km.

Elon Musk avait évoqué ce projet pour la première fois en 2015 et n’en avait plus parlé depuis. En 2017, il a déposé le nom Starlink en indiquant qu’il s’agissait d’un réseau satellites pour fournir un accès haut débit mondial sans rien ajouter d’autre. Comme le rapporte Business Insider, il même refusé de parler de cette mission la semaine dernière lors du lancement de Falcon Heavy. Mais les documents publics envoyés récemment à la FCC (commission fédérale des télécommunication) ne pouvaient rester secrets très longtemps.

Elon Musk face à Jeff Bezos

La fusée partira depuis la base militaire de Vandenberg en Californie à 9h14 heure locale (18h14 en France). À son bord, les deux satellites (Microsat-2a et Microsat-2b) de SpaceX qui seront mis en orbite non stationnaire à 500 km d’altitude. Comme le précise le site Spaceflightnow, elle transportera aussi pour la société Hisdesat, le satellite espagnol Paz qui servira à recueillir des vues de la Terre pour les clients gouvernementaux et commerciaux, ainsi que des capteurs de suivi des navires et des conditions météorologiques. 

La mission StarLink va coûter cher. Son coût de démarrage s'élève à 10 milliards de dollars dont 10% ont été apportés par Alphabet, la maison-mère de Google, et le fonds d’investissement Fidelity.

La course à l’Internet mondial par satellites ne fait que commencer, même si d’autres entreprises ont pris de l’avance, comme OneWeb qui s’est associé à Blue Origin, la société de Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, pour créer une constellation de près de 1000 satellites qui seront opérationnels en 2022. Virgin et Arianespace sont aussi dans la course.

L’enjeu est de fournir des réseaux haut débit à plus de la moitié de la population mondiale qui n'est toujours pas connectée et qui, selon l’Unesco, n’a pas les moyens d’accéder à une infrastructure terrestre. Le pari d’Elon Musk est d’offrir aux plus pauvres un Internet gratuit et de faire payer les autres, notamment les voyageurs des compagnies aériennes qui pourront se connecter en vol.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco