BFM Eco

AccorHotels a versé près de 80.000 euros à Nicolas Sarkozy en 2018

Nicolas Sarkozy, lors d'un meeting en 2015 (photo d'illustration)

Nicolas Sarkozy, lors d'un meeting en 2015 (photo d'illustration) - Kenzo Tribouillard - AFP

L'ex-président de la République a perçu ces émoluments en tant qu'administrateur du géant français de l'hôtellerie. Selon Wansquare, Nicolas Sarkozy a assisté à un peu moins de réunions qu'en 2017, ce qui a légèrement fait baissé le niveau de ses jetons de présence.

Nicolas Sarkozy, un administrateur assidu. Selon le site Wansquare, l'ancien président de la République qui est entré début 2017 au conseil d'administration du géant hôtelier français AccorHotels en tant qu'administrateur indépendant a assisté à 83% des réunions l'année dernière. 

Il a ainsi à ce titre perçu des jetons de présence d'un montant total de 79.563 euros pour l'année 2018. 26.655 euros pour la part fixe et 52.907 euros pour la part variable. 

En plus de cette fonction, Nicolas Sarkozy préside le Comité de la stratégie internationale du groupe Accor. Des réunions au cours desquelles les administrateurs traitent des questions internationales et des changements géopolitiques et leur impact sur les activités du groupe. 

Mais Nicolas Sarkozy avait d'avantage touché en 2017 au cours de sa première année chez AccorHotels. L'ancien président avait touché 86.355 euros mais pour une assiduité plus importante puisqu'il avait assisté alors à 93% des réunions du conseil d'administration. 

C'est quoi un administrateur indépendant?

L'ancien chef de l'Etat perçoit en tant qu'administrateur indépendant une somme plus importante que les autres administrateurs des grands groupes cotés du CAC 40. Mais à ce titre, il ne peut cumuler ses jetons de présence à d'éventuels honoraires de conseil à l'entreprise. D'ailleurs, lors de sa nomination, Nicolas Sarkozy avait précisé que son cabinet d'avocat n'aurait aucune activité de conseil juridique avec le groupe AccorHotels. Les administrateurs indépendants ne doivent pas être dans une situation susceptible d’altérer leur indépendance de jugement ou de le placer dans une situation de conflit d’intérêts réel ou potentiel. Ils n'ont pas le droit d'avoir de lien de parenté avec des actionnaires importants ou des membres dirigeants, ni être actionnaire substantiel eux-mêmes ou avoir des fonctions exécutives par ailleurs. Les administrateurs indépendants ne le restent pas indéfiniment puisqu'ils occupent ce poste pas plus de douze ans en règle générale.

dossier :

Nicolas Sarkozy

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco