BFM Business
Industries

Naval Group et les Chantiers de l'Atlantique s'allient pour construire le futur porte-avions français

Le futur porte-avions.

Le futur porte-avions. - BFMTV

Naval Group et les Chantiers de l’Atlantique créent une joint-venture pour piloter ensemble le chantier du porte-avions français de nouvelle génération, successeur du Charles de Gaulle.

Un nouveau pas pour la construction du porte-avions de nouvelle génération (Pang) successeur du Charles de Gaulle. Florence Parly, ministre des Armées se rendra sur le site de Naval Group à Lorient ce lundi pour la signature d'une joint-venture entre Naval Group, maître d’œuvre et responsable de l’architecture du bateau et du système de combat, avec les Chantiers de l’Atlantique, en charge de la fabrication de la coque et de l’aménagement civil. Dans ce projet, TecnicAtome est en charge des chaufferies nucléaires du navire.

Cet accord sera signé à Lorient par Éric Pommellet, PDG de Naval Group, et Laurent Castaing, directeur général des Chantiers de l’Atlantique. La joint-venture est répartie à 65% pour Naval Group et 35 % pour les chantiers de Saint-Nazaire.

Accélération du chantier des nouvelles frégates

Naval Group a déjà révélé quelques détails sur ce nouveau vaisseau. Il fera 300 mètres de long, soit 39 de plus que le Charles de Gaulle, 40 mètres de large à la flottaison (contre 31,5 mètres pour le Charles de Gaulle) et jusqu'à 80 mètres au niveau du pont d'envol (contre 64 mètres).

Avec un déplacement de 75.000 tonnes (contre 42.000), le second porte-avions tricolore pourra accueillir 2000 marins à son bord et emporter avec lui 30 avions de combat du système aérien du futur (Scaf) dont 25 en même temps sur le pont.

Le lancement du chantier est prévu pour la fin 2025. Après quoi viendront les premiers essais en mer en 2036 et la mise en service en 2038 en même temps que le retrait du Charles de Gaulle.

Florence Parly doit aussi annoncer aujourd'hui une accélération pour la construction des frégates de défense et d’intervention (FDI). Sur les cinq prévues, deux seront livrées en 2024 et en 2025, soit deux ans plus tôt pour la seconde. Les suivantes seront livrées avant 2030. Selon le ministère des Armées, cette décision vise à "combler un trou de charge à Lorient".

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco