BFM Business
Industries

Jean-Baptiste Dejbbari: "Je soutiendrai l’offre de reprise d’Aigle Azur la plus solide"

Invité de RMC et BFMTV ce lundi, le secrétaire d’État aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, a détaillé ce qu’attendait le gouvernement pour la reprise d’Aigle Azur, alors que les offres devront être déposées avant midi.

En grandes difficultés financières, la compagnie aérienne Aigle Azur a mis fin à ses vols vendredi. Quelques 13.000 passagers ont donc vu leurs retours annulés, et sont bloqués, majoritairement en Algérie, sans solution pour revenir. Sur RMC et BFTV ce matin, le secrétaire d’État aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, a détaillé leur situation.

"Aujourd’hui, on a 13.000 passagers qui ont acheté leur billet et qui devront être rapatriés. Parmi eux, il y en a 11.000 en Algérie qui veulent rentrer en France, entre 500 et 6000 au Mali, et quelques autres au Liban, en Russie et au Sénégal".

Pour les faire rentrer, le secrétaire d’État a réuni les compagnies aériennes françaises "au ministère vendredi soir pour leur demander de prendre leur part de ce rapatriement. Je salue le travail d’Air France" qui a affrété des vols supplémentaires vers l’Algérie et va le faire vers le Sénégal.

Trois semaines pour rapatrier tout le monde

Sur ces 13.000 personnes, "il y avait des gens qui voyageaient ce week-end, la semaine prochaine ou celle d’après, donc ce n’est pas tout d’un coup, et on pense que sur trois semaines on peut avoir résorbé le gros du flux. Tout le monde ne voyageait pas aujourd’hui", a expliqué le secrétaire d’État.

Parallèlement, des offres de reprises de la compagnie sont attendues avant midi ce lundi. Le secrétaire d’État s’est prononcé en faveur de "l’offre la plus solide", notamment pour pérenniser l’emploi des 1.150 employés d’Aigle Azur.

"Il y a un vrai intérêt de la communauté aéronautique. Il y a Air France, un projet de Lionel Guérin (ancien PDG de Hop, la filiale d’Air France, NDLR), Air Caraïbes, le groupe Dubreuil… Il y a un intérêt pour Aigle Azur parce que le marché est solide. Même des opérateurs étrangers ont fait part de leu intérêt ici et là", s’est félicité le secrétaire d’État.
Parmi ces offres, il y aura sans doute deux choix : "la reprise pour continuer Aigle Azur, la redresser et partir à la conquête de nouveaux marchés, ou l’intégration dans un grand groupe". Jean-Baptiste Djebbari accordera sa préférence à la plus "solide", a-t-il indiqué.

Jean-Baptiste Djebbari rappelle par ailleurs qu’une des pistes de reprise comporte l’entrée au capital des salariés de la compagnie. En l’occurrence, c’est le projet de Lionel Guérin. Lui-même ancien pilote dans l’aviation d’affaires, le secrétaire d’État a souligné que cette piste lui plait parce qu’elle correspond à sa "philosophie", mais qu’il soutiendra "l’offre la plus solide".

N.G.