BFM Business

Brésil: pourquoi le Gripen a surpassé le Rafale?

Un Gripen NG du Suédois Saab, le modèle choisi par le Brésil.

Un Gripen NG du Suédois Saab, le modèle choisi par le Brésil. - -

Les Brésiliens ont préféré sélectionné l'avion de combat de Saab plutôt que celui du Français Dassault. En cause: son coût, mais aussi des raisons géopolitiques.

"Le Brésil n'était pas une cible prioritaire pour le Rafale", a réagi ce 19 décembre le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian au lendemain du choix par Brasilia d'un concurrent du Français pour moderniser la flotte aérienne de son armée. Les Brésiliens ont finalement opté pour le Gripen du Suédois Saab.

Pour l'expliquer les spécialistes font le lien entre ce contrat et celui déjà remporté il y a quelques mois par le Grippen auprès de l'armée suisse. Là encore, Dassault avait été l'un des concurrents écartés.

Un appareil de surveillance, pas d'attaque

La partie s'est clairement jouée sur le coût, que ce soit au Brésil ou en Suisse, les budgets de défense sont contraints, serrés compte-tenu de la conjoncture.

Or l'avion de combat de Saab est effectivement moins cher que le Rafale. Le modèle de Dassault étant plus complexe à manœuvrer, il aurait nécessité des coûts supplémentaires pour former les pilotes.

Le contexte géopolitique a également eu un impact. Le Brésil, comme la Suisse, n'a pas vocation à mener une politique régionale et n'a pas, a priori, l'intention de s'en prendre à ses voisins, ni à s'en protéger.

De ce point de vue-là, le Gripen était donc davantage adapté à ces besoins: des appareils destiné à assurer une défense, une surveillance du territoire national, mais pas à opérer dans un contexte d'urgence et particulièrement tendu...

Guillaume Paul