BFM Business

Un énergéticien français va immerger des hydroliennes dans le Rhône

39 hydroliennes, par grappes de 3, vont être immergées dans le Rhône (image d'illustration)

39 hydroliennes, par grappes de 3, vont être immergées dans le Rhône (image d'illustration) - Alain Rouilier - Flickr - CC

La Compagnie nationale du Rhône souhaite mettre en service, en 2018, une ferme de 39 hydroliennes immergées dans le fleuve. Un projet inédit par son ampleur.

Premier producteur français d'électricité certifiée d'origine 100% renouvelable (eau, vent, soleil), la Compagnie nationale du Rhône est associée dans ce projet au fabricant grenoblois d'hydroliennes HydroQuest et à l'entreprise de construction navale CMN (Constructions Mécaniques de Normandie). 

Ce programme d'immersion de 39 hydroliennes, pour un budget global de 12 millions d'euros, intervient dans le cadre d'un appel à projets lancé en août 2015 par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). 

Les 39 turbines seront immergées à l'aval de Génissiat (Ain), "pour développer une énergie complémentaire à celle des panneaux solaires" déjà présents sur ce site du Haut-Rhône, proche de la frontière suisse, dans un secteur "très encaissé".

Générer l'équivalent de la consommation de 2.700 habitants 

Totalisant plus de deux mégawatts de puissance installée, elles seront fixées par groupe de trois "sur un linéaire de deux kilomètres" et pourront produire, en moyenne, 6.700 mégawattheures d'électricité par an. "Soit la consommation d'environ 2.700 habitants et l'équivalent de 2.000 tonnes d'émissions de dioxyde de carbone évités par an" indique la CNR. 

L'énergéticien sera en charge de l'exploitation, de la maintenance et de l'ingénierie électrique de la ferme. Les Constructions Mécaniques de Normandie, partenaire industriel d'HydroQuest, assurant la fabrication des machines.

"Ce projet de fermes hydroliennes fluviales constitue une première mondiale de par sa dimension et sa complexité. Il permettra de valider la viabilité technico-économique de cette récente et innovante technologie de production d'énergie renouvelable" indique Ahmed Khaladi, chef de projet chez CNR, dans un communiqué. 

A.M. avec AFP