BFM Business

Les prix des carburants poursuivent leur chute

La baisse des prix à la pompe devraient être freinée par l'entrée en vigueur de deux taxes, en 2015.

La baisse des prix à la pompe devraient être freinée par l'entrée en vigueur de deux taxes, en 2015. - Philippe Huguen - AFP

Les prix à la pompe ont encore affiché une forte baisse la semaine dernière, selon les données du ministère de l'Ecologie publiée ce lundi 29 décembre. Ils atteignent ainsi des plus bas de près de cinq ans.

La dégringolade continue. Après avoir déjà lourdement chuté la semaine précédente, les prix des carburants vendus en France ont à nouveau battu des records à la baisse la semaine dernière, atteignant un niveau plancher en près de cinq ans, selon les chiffres officiels publiés ce lundi 29 décembre.

Carburant privilégié avec plus de 80% des volumes écoulés, le gazole a diminué de 1,27 centime le litre pour s'établir en moyenne à 1,1008 euro le litre, indiquent les chiffres hebdomadaires du ministère de l'Ecologie et de l'Energie.

Cette baisse représente 23,8 centimes de moins depuis le début de l'année, et le niveau le plus bas observé depuis le 19 février 2010, quand le litre de gazole valait 1,0801 euro le litre.

Une baisse dans le sillage du prix du pétrole

Les prix de l'essence sans plomb ont également poursuivi leur repli. Deuxième carburant le plus utilisé, le sans plomb 95 a lui atteint un plus bas depuis le 1er janvier 2010. Le litre se vendait en moyenne à 1,2818 euro vendredi dernier, contre 1,3006 une semaine plus tôt. Le litre de sans plomb 98 a lui abandonné 1,62 centime à 1,3504 euro. Là encore un tel niveau n'avait plus été constaté depuis février 2010.

Cette forte baisse des prix des carburants s'inscrit dans le sillage de la chute des cours du pétrole brut, qui ont été divisés par deux depuis la mi-juin. Ce lundi le Brent de la mer du Nord valait ainsi 57,95 dollars contre 115 dollars au mois de juin.

Deux taxes pour 2015

Début décembre, l'Elysée s'était d'ailleurs félicité de cette baisse des prix à la pompe. Dans un communiqué, la présidence de la République jugeait alors que "la baisse des cours du pétrole brut est répercutée correctement dans les prix des carburants à la pompe". L'Elysée rejoignait alors le diagnostic de l'UFIP, l'Union française des industries pétrolières.

Toutefois, deux taxes viendront freiner ce repli des prix des carburants en France dès le 1er janvier. La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) sur le gazole augmentera de 2 centimes. Il faudra y ajouter la contribution climat énergie, souvent appelée "taxe carbone", qui engendrera une augmentation supplémentaire de 2 centimes le litre pour le gazole et d'environ 1,8 centime pour l'essence sans plomb (hors TVA).

J.M. avec AFP