BFM Business

Ce que la baisse des prix du pétrole a fait économiser aux Français

Les Français ont vu leurs dépenses en énergie diminuer en 2015. (image d'illustration)

Les Français ont vu leurs dépenses en énergie diminuer en 2015. (image d'illustration) - Denis Charlet - AFP

Alors que les Français ont consommé davantage d'énergie l'an passé qu'en 2014, leur facture énergétique a diminué en moyenne de 3%. Une économie imputable à la baisse des prix du carburant.

En 2015, chaque ménage français a dépensé, en moyenne, 2.861 euros pour couvrir ses besoins en énergie (transport et logement). Présentée dans un bilan du ministère de l'Environnement et de l'Énergie cette facture moyenne, en baisse de 2,9% par rapport à l'année précédent, s'explique en partie par le repli du prix des carburants. 

"Le recul en 2015 est imputable uniquement à la baisse des dépenses en carburant (-9,3%). Les dépenses en énergie domestique augmentant de 2,1%" souligne le ministère dans son "Bilan énergétique de la France pour 2015". L'augmentation des dépenses pour le logement (1.681 euros) s'explique par une hausse des volumes consommés en raison d'une légère baisse des températures l'an dernier après une année 2014 très douce. 

En outre, le prix moyen de l'énergie domestique est resté relativement stable (-0,3%) en 2015, après une hausse de 2,2% en 2014. Les achats de carburants et de lubrifiants, qui ont atteint en moyenne 1.180 euros par ménage, ont eux bénéficié d'une baisse des prix pour la troisième année consécutive, tandis que les volumes consommés sont restés quasi stables.

En 2014, la facture "énergie" des Français s'était inscrite en forte baisse de 8,9% à 2.947 euros en moyenne, après avoir atteint 3.209 euros en 2013.

La France a également réduit sa facture énergétique 

Au niveau national, la chute des cours du pétrole a permis à la France de réduire fortement sa facture énergétique (c'est-à-dire la différence entre les importations et les exportations d'énergie). Cette dernière a diminué de près de 28% pour s'établir à 39,7 milliards d'euros en 2015. Loin du record de 69 milliards d'euros observé en 2012.

D'après ce baromètre annuel, la facture énergétique nationale "équivaut désormais à 1,8% du produit intérieur brut, contre 2,6% en 2014 et plus de 3% entre 2011 et 2013". 

La consommation finale d'énergie primaire du pays a progressé de 1,6% en 2015, principalement en raison de températures plus froides. "Cette hausse est en premier lieu portée par le gaz, dont la consommation est très sensible au climat. La consommation d'énergies renouvelables et, dans une moindre mesure, celle de pétrole, progressent également. La consommation de charbon, à l'inverse, continue à décliner" apprend-on enfin dans ce document du ministère de l'Environnement et de l'Écologie. 

A.M. avec AFP