BFM Business

Retraites à 60 ans : le gouvernement va élargir la cible des bénéficiaires

Les périodes de maternité pourraient être comprises dans le calcul de la réforme des retraites.(© Reuters)

Les périodes de maternité pourraient être comprises dans le calcul de la réforme des retraites.(© Reuters) - -

La réforme des retraites coûterait moins chère que prévu. Du coup, le gouvernement envisage de permettre à un plus grand nombre de salariés de bénéficier du dispositif en incluant les périodes de maternité.

Le gouvernement finalise la réforme des retraites, promise par François Hollande lors de sa campagne. Le décret devrait être présenté mercredi 6 juin au Conseil des ministres pour une application dès l'été.

L’idée est de permettre aux salariés ayant eu une carrière longue de partir à 60 ans dès lors qu'ils possèdent leur nombre de trimestres suffisant. Mais dans le calcul des trimestres travaillés, des périodes de maternité devraient à priori être comprises, a confié, dimanche soir sur BFMTV, le ministre du travail, Michel Sapin. Une information confirmée lundi 4 juin par la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem.

Le gouvernement envisage ainsi d’élargir la cible des bénéficiaires car la réforme devrait couter moins cher que les 5 milliards d'euros prévus par an, du moins pour le régime général. Les équipes de François Hollande étaient parties du principe qu’il y aurait 130 à 150 000 bénéficiaires. Au final, il devrait en avoir au maximum 100 000.

Redistribuer plutôt que d’économiser

Le gouvernement veut profiter de cette marge de manœuvre pour envisager les possibilités d’extension des bénéficiaires. La piste qui tient la corde est donc de tenir compte de la maternité. Les femmes ayant eu des enfants et ayant commencé à travailler tôt verraient certaines périodes de maternité prises en compte dans le calcul de leur durée de cotisation. Matignon et les partenaires sociaux ont entamé des négociations pour étudier précisément les périodes qui pourraient être incluses.

Quoi qu'il en soit, la logique du gouvernement est de calibrer ses dépenses en fonction de son chiffrage : en élargissant sa réforme, l'Etat privilégie la justice sociale plutôt que de faire de nouvelles économies sur les finances publiques.

Mathieu Jolivet et BFMbusiness.com